De : Reeducation des drogues – Pas à Pas 23

Comment soutenir les personnes souffrant d’addiction et sensibiliser les gens au problème de la toxicomanie

Par David Partington.

Qu’est-ce qui pousse les gens à commencer à prendre des drogues qui créent une dépendance ? Nous tous avons dans notre vie, des choses qui nous procurent un plaisir spécial, des choses dont nous voulons sans cesse renouveler l’expérience, des choses que nous aurions bien du mal à abandonner. Nous avons tous quelque chose qui nous tient. La seule différence, c’est que la drogue et les solvants (la colle) sont très nocifs physiquement et mentalement.

Chacun de nous aspire à une vie remplie, épanouie et qui nous apporte de la satisfaction. Un drogué recherche et trouve sa satisfaction dans la drogue. Mais cela se termine toujours en échec et souvent même par la mort. Dans notre monde mouvementé, il y a un nombre toujours croissant de gens qui se tournent vers le plaisir bref mais non moins intense que procurent les drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne. Il est alors très difficile de faire marche arrière, une fois les premiers pas franchis vers les drogues. Les familles des drogués sont souvent témoins de la détérioration inexorable de la santé d’un être cher  et vivent en même temps la destruction du bien-être de leurs familles.

Irréalité

Les drogués ont besoin de changer complètement de vie. Ils ont besoin que quelqu’un les aide à changer, car seuls, ils n’ont pas les ressources nécessaires. Les choses que les drogués construisent autour d’eux pour croire, sentir et se donner un sentiment de sécurité sont basées sur le mensonge et l’irréalité et doivent être détruites. A leur place doit s’installer une façon de vivre qui leur permettra de résoudre les situations de conflit et les difficultés, et les aidera à grandir en maturité.

Nous vivons une époque où les gens sont traités comme s’ils ne valaient rien, et où ils se sentent rejetés par ce qu’ils voient autour d’eux. La majorité des consommateurs de drogues dures sont de êtres intelligents et sensibles. Leur point commun essentiel est leur sentiment de rejet- bien que d’autres éléments comme par exemple le fait d’être insatisfaits de la vie, de se sentir inutiles, d’être en constante rébellion soient aussi à considérer. Le plus difficile peut-être pour les drogués est de cesser de se sentir coupables non seulement de ce qu’ils se sont faits à eux-mêmes, mais coupables aussi de ce qu’ils on fait aux autres.

Disciplines de base

De nombreux toxicomanes adoptent des styles de vie égocentriques dès leur plus jeune âge. Ils ne veulent pas être responsables de leurs actions. Ils n’arrivent pas à se plier aux disciplines de base que bien d’autres apprennent tout à fait naturellement et acceptent sans aucun problème : avoir une vie disciplinée, persévérer, valoriser le travail honnête, utiliser son argent sagement, respecter les lois et leur obéir, considérer autrui. Vouloir ignore ces disciplines tend à rendre les gens continuellement irresponsables. La drogue peut devenir tout naturellement une simple option supplémentaire. Quand la vie exige trop ou n’offre que trop peu, il devient très difficile de résister à la drogue qui invite à basculer dans l’irréel, à s’absenter et à revenir.

Vision faussée

Pour finir, les drogués se créent une philosophie de vie qui justifie leur façon d’être, du moins dans leur propre esprit. Cette philosophie comprendra quelques-unes des idées suivantes :

Ils finissent par être tellement convaincus de ce qu’ils pensent que la loi, l’ordre et l’autorité deviennent leur ennemi numéro un. La plupart de ces jeunes gens désirent ardemment le bonheur et la paix, mais ils se rendent compte généralement trop tard que leur « liberté » les a rendus « esclaves » et que leur rébellion les a détruits. Ils ont besoin d’apprendre ce qu’ils doivent faire au lieu de prendre de la drogue.

Apprendre une nouvelle façon de vivre, ou ne pas apprendre ? C’est une question de vie ou de mort. Heureusement, j’ai vu Dieu transformer assez de vies pour savoir qu’une nouvelle vie est une option tout à fait réelle.

David Partington travaille depuis de nombreuses années pour la rééducation des toxicomanes et se trouve au Centre Chrétien de Yeldall, Hare Hatch, Reading RG10 9XR, Royaume Uni.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant