Passer au consentement sur les cookies
Photo : Jim Loring/Tearfund

De : Familles en crise – Pas à Pas 55

Idées pratiques pour rendre les familles plus fortes et les aider à rester en bonne santé

Arline Poubel e Silva et Suzy da Silva Cyrillo.

Dans la plupart des cultures, le problème de la violence reste caché dans les familles. Cela veut dire qu’on ne sait pas grand chose du niveau de violence qui affecte ces familles en question. Les mauvais traitements au sein des familles sont de plus en plus souvent signalés aux services de santé mais sont rarement à l’ordre du jour des programmes communautaires de santé et d’éducation. Dans la majorité des cas, ces violences ne sont même pas dénoncées. Cela veut dire que ceux qui les commettent ne sont pas confrontés à leurs actions. Beaucoup d’entre eux ne se rendent même pas compte qu’ils ont commis un délit.

Si l’on prend le cas des Etats-Unis au début des années 90, on a enregistré 1,5 million de cas de mauvais traitements contre des enfants et des adolescents, générant 1 000 décès chaque année. On estime que le véritable nombre de cas est vingt fois plus élevé. Dans de nombreux pays en voie de développement, on dénonce rarement les problèmes de violence domestique.

Le terme violence domestique est utilisé pour décrire la violence quelle qu’elle soit ou la négligence au sein de la famille. Les victimes peuvent souffrir de toutes sortes de problèmes physiques et mentaux, comprenant le stress, des problèmes de sommeil, le retour mental au moment traumatique, l’agression, l’isolation sociale, un comportement auto-destructif, la dépression et des phobies. Certaines personnes peuvent même se suicider.

La pauvreté et le manque d’éducation peuvent accroître le niveau de violence domestique. D’autres facteurs sociaux, familiaux, individuels ou communautaires peuvent aussi avoir une influence. Cependant, l’abus de pouvoir sur des membres sans défense de la famille est toujours présent. Les femmes, les adolescents, les enfants et les personnes souffrant d’un handicap sont les victimes les plus fréquentes.

Définition du terme mauvais traitement 

Les mauvais traitements physiques impliquent l’utilisation intentionnelle de la force physique ayant pour but de faire mal. Parfois, les mauvais traitements conduisent à la mort. Les bébés risquent d’être secoués violemment, généralement par un adulte voulant les faire taire. Ces secousses peuvent causer des dommages cérébraux, parfois mortels.

Les abus sexuels sur les enfants représentent des situations où l’enfant ou l’adolescent est utilisé pour le plaisir sexuel soit par un adulte soit par un enfant plus âgé. L’abus peut comprendre attouchements, exploration sexuelle, forcer l’enfant à regarder des scènes pornographiques ou un acte sexuel avec ou sans violence.

Cet abus se base sur une relation de force mais la violence n’est pas toujours présente. Parfois la participation de l’enfant est obtenue par différents stratagèmes :

Les abus sexuels causent des dommages physiques, psychologiques et sociaux même si certaines victimes ne montrent aucun signe visible de ce qu’elles ont vécu. La victime peut souffrir tout le reste de sa vie si les effets des abus ne sont pas traités de façon adéquate.

Problèmes émotionnels Bien que générale-ment moins sévère que les abus physiques ou sexuels, les gens peuvent aussi souffrir de dommages émotionnels. Les membres de la famille ne se rendent pas toujours compte qu’ils blessent l’enfant de cette manière. Voici des types de comportements qui peuvent causer des dommages à long terme chez l’enfant, détruire sa confiance en lui-même et son bien-être :

Peu de recherches ont été faites dans ce domaine et on ne le comprend pas encore suffisamment. Ce type de problème est d’ailleurs souvent lié à d’autres types d’abus. Les victimes sont essentiellement des enfants et des femmes mais aussi des personnes âgées.

Aider les victimes

Idéalement, les cas de violence domestique devraient être traités par des professionnels car une aide inappropriée risque d’aggraver la situation. Cependant, si ce n’est pas possible, des amis capables d’écouter et d’offrir leur soutien peuvent aider. Témoigner des violences subies peut être préjudiciable à la victime donc là encore une aide appropriée est recommandée pour minimiser les dégâts. Plus on identifie et attaque rapidement les mauvais traitements, plus on a de chances d’éviter d’autres violences mais aussi de traiter les gens violents avec succès.

Comment les non-professionnels peuvent-ils aider ?

Au début, il est important d’écouter attentivement la victime et de la croire. Accompagnez-la à un bureau officiel pour dénoncer ce qui s’est passé et rechercher une aide professionnelle. En général, les victimes ont peur de demander de l’aide mais avec le soutien d’une personne proche, elles pourraient surmonter leur peur.

Ne demandez jamais à la victime d’ignorer ou d’oublier ce qui s’est passé. Vous ne devriez pas demander aux victimes de violences de pardonner simplement à leur agresseur, surtout si la violence continue. La question du pardon se pose entre une personne et Dieu. La victime, au contraire, doit être crue et libre de parler ouvertement. La honte et la culpabilité sont les sentiments les plus communs ressentis par les victimes de violence domestique. Elles pensent que personne ne peut les comprendre. Ne laissez jamais sentir à une victime que vous pensez que c’est de sa faute si elle a été maltraitée.

Les adultes désireux de protéger les enfants et les adolescents devraient être attentifs au moindre signe de violence et offrir leur aide. Encouragez les victimes à demander de l’aide et à parler à quelqu’un à qui elles peuvent faire confiance pour raconter ce qui s’est passé. Dans de nombreux cas, les enfants ont trop peur de demander de l’aide.

Si vous soupçonnez des mauvais traitements, n’ignorez pas la situation. Pour le bien de la victime, agissez, enquêtez ou demandez de l’aide.

Arline Poubel e Silva est psychologue et spécialiste régionale de Tearfund pour le Brésil et la Pointe méridionale. Email : arlinepoubel-tf@uol.com.br Suzy da Silva Cyrillo est psychologue et conseillère de Tearfund. Email : suzycyrillo@terra.com.br

Suggestions pour les victimes

Voici quelques suggestions concernant la sécurité et la protection :

Soutien pour les familles en situation difficile

Idées d’actions qui pourraient étendre le rôle de soutien de l’église. La plupart d’entre elles soulignent le besoin de renforcer les relations entre les personnes.

Les associations d’entre-aide fournissent leur aide aux familles dont les parents sont dans une situation stressante, ont des difficultés à faire face, ont la responsabilité d’enfants connaissant des handicaps physiques ou d’importantes difficultés pour apprendre.

Les cours de préparation au mariage permettent de préparer les jeunes couples aux changements auxquels ils devront faire face.

Les aides de soutien au mariage comme des groupes de discussions et des cours, peuvent aider à enrichir et renforcer les mariages.

Les centres de rencontres où l’on peut simplement passer, comme une cafétéria organisée par l’église où les gens peuvent se faire des amis, trouver un soutien amical, des conseils ou encore se faire aider pour remplir des papiers et des dossiers.

Les hébergements d’accueil pour les adolescentes enceintes qui veulent garder leur bébé mais ne peuvent pas rester avec leur famille.

Les cours d’alphabétisation pour les adultes désirant améliorer leurs connaissances.

Les plans d’épargne et de crédit, pour encourager les gens qui ont des difficultés financières à discuter de leurs problèmes et à épargner de petites sommes d’argent.

Des centres d’accueil et d’hébergement pour les femmes et les enfants subissant des violences domestiques.

Des cours de formation pour les membres de l’église désirant offrir des conseils conjugaux et familiaux.

Adapté de Les enfants et la rupture de la famille. Conseils : les enfants en danger, Volume 1, Tearfund.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.