De : Pardon et reconciliation – Pas à Pas 68

Comment se soutenir mutuellement pour restaurer les relations brisées

 Ce que nous pensons de nous-même, des autres et de notre monde nous aide à comprendre nos expériences et le monde autour de nous. Nos pensées sont forgées à partir de nos expériences ou héritées de notre famille et culture. Si l’on ne nous force pas à y réfléchir, nous n’en sommes parfois même pas conscients. Elles nous paraissent tout simplement normales ou habituelles.

La violence pousse au changement. Nous pouvons être submergés lorsque nous sommes confrontés à quelque chose qui diffère de façon choquante de ce que nous avons l’habitude de voir en nous ou autour de nous. Notre vie a peut-être été en danger, nous avons été victime de violence ou encore nous nous sommes retrouvés en train de faire quelque chose contraire à nos croyances, valeurs et comportement normaux. Ceci peut nous pousser à nous poser des questions : pourquoi est-ce arrivé ou pourquoi avons-nous agi ainsi ? Nous pouvons remettre en question notre foi et notre compréhension de Dieu. On dit des événements affligeants qui détruisent notre vision du monde et de nous-mêmes qu’ils sont traumatisants.

Lorsque nous subissons un événement traumatisant, nous pouvons nous sentir dépourvus de tout contrôle et en train de nous battre pour comprendre ce chaos. Les sentiments de peur, d’impuissance ou d’horreur sont des réactions normales face à une situation anormale, pas un signe de faiblesse. Nous devons reconnaître ces sentiments. Parler de nos expériences peut nous aider à mieux les comprendre. La plupart des gens qui subissent un traumatisme ont besoin du soutien et de la compréhension des personnes qui les entourent, pour se remettre.

Une bonne manière de soutenir le processus de guérison de quelqu’un est d’être un auditeur actif. Peu de gens ont l’opportunité de bénéficier de ce genre d’écoute qui peut être une fantastique source de soulagement. On n’a pas besoin d’être un professionnel pour écouter efficacement. Voici certains savoir-faire essentiels pour une écoute active.

Trouver un endroit sûr

Tout d’abord, il est important d’aider la personne à se détendre et à se sentir en sécurité avec vous. Ne supposez pas qu’une personne traumatisée se sentira en sécurité. Peut-être devrez-vous même gagner sa confiance. Les gens doivent savoir qu’ils peuvent parler de sujets délicats en toute confiance.

Écouter

Les gens ne partagent leur expérience que lorsqu’ils se sentent prêts à le faire. Ceci peut demander du temps et il est important de ne jamais forcer les gens à parler de problèmes affligeants. En tant qu’auditeurs actifs, nous devons être patients et respecter les gens.

Comprendre

En tant qu’auditeur actif, ne jouez pas le rôle d’un expert, conseiller, enseignant, sauveteur ou réparateur. Plutôt, concentrez-vous pour essayer de comprendre l’expérience et les sentiments de l’autre personne. Parce que nous avons tous notre propre manière de penser et de ressentir, chaque personne réagira différemment à un traumatisme. Nous ne pouvons pas réellement comprendre ce que l’autre personne a ressenti sans au préalable faire abstraction de nos propres sentiments et expériences. Nous devons être totalement attentifs et désireux d’écouter son unique expérience.

Faites attention non seulement aux éléments de l’expérience de la personne mais aussi à ses réponses émotionnelles. Réfléchissez à la personne entière :

Si vous le désirez, vous pouvez résumer en quelques mots une partie de ce que vous avez entendu (les sentiments et l’histoire), simplement pour vérifier que vous avez bien compris.

Acceptation

L’attitude finale importante pour le soulagement est l’acceptation. En offrant à une autre personne une acceptation totale, nous montrons que nous désirons essayer de comprendre son expérience. Ceci signifie que nous sommes prêts à accepter toutes ses réponses émotionnelles, même si elles nous mettent mal à l’aise comme la confusion, le ressentiment, la peur, la colère ou le désespoir. Même si nous ne pouvons pas comprendre ou être d’accord avec son comportement ou ses attitudes, nous pouvons l’accepter en tant qu’un autre être humain fait à l’image de Dieu. L’acceptation implique notre offre de grâce à l’autre personne au lieu de la juger, tout comme Dieu nous offre sa grâce. Ceci peut être particulièrement difficile si la personne a elle-même perpétré des actes de violence.

Cette écoute spéciale peut être difficile à accomplir mais c’est une puissante source de soulagement pour les personnes traumatisées.

Angus Murray est un psychothérapeute professionnel et travaille aussi pour Tearfund comme Responsable régional des politiques de conflit pour le Soudan. Tearfund, 100 Church Road, Teddington, Middlesex, TW11 8QE, Royaume-Uni


Connaître ses limites

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant