De: Pardon et reconciliation – Pas à Pas 68

Comment se soutenir mutuellement pour restaurer les relations brisées

Il est plus facile de prêcher le pardon que de le pratiquer. Cependant, c’est une étape essentielle vers la réconciliation et une vie harmonieuse. Pardonner, c’est oublier les blessures et les ressentiments que nous conservons en nous. C’est un acte difficile qui demande du temps et de l’énergie mais c’est possible d’y parvenir si les gens s’engagent de tout leur coeur.

United Mission to Nepal (UMN) est une organisation chrétienne internationale de développement opérant au Népal. Elle travaille en partenariat avec des organisations népalaises dans de nombreux domaines de développement dont la paix et la transformation des conflits. L’une de ses activités en ce domaine est d’aider les groupes, familles et individus durant les périodes de conflit et de susciter le pardon et la réconciliation. 

Dans une région isolée où UMN opère, l’unique église du district a connu un désaccord. Le pasteur a pris la décision de changer la dénomination de cette petite église sans consulter les anciens. Certains n’ont pas apprécié. Ils ont commencé à se disputer et quelques-uns ont même cessé de venir à l’église. UMN a commencé à travailler avec divers membres de l’église pour susciter la réconciliation. Après une année (cela demande du temps), les membres se réunissent de nouveau ensemble. Ils ont aussi enregistré l’église en tant qu’organisation basée dans la communauté afin de travailler ensemble pour aider la communauté. Voici les éléments qui nous ont aidés dans le processus de réconciliation : confiance, amitié, écoute, compréhension, communication et persévérance.

La confiance

Bien que nous venions de l’extérieur, les deux partis nous faisaient confiance, peut-être parce que nous n’étions pas personnellement impliqués dans le désaccord. Il est important que les médiateurs soient indépendants, ne jugent pas et aient la confiance de tous les partis impliqués. Cette confiance a encouragé les gens à être francs lorsqu’ils nous disaient ce qu’ils pensaient. Ils nous ont décrit à quel point ils avaient été blessés et ce qu’ils avaient ressenti à l’égard des autres personnes. Ils pensaient que nous désirions sincèrement les aider à résoudre leurs problèmes. La confiance est la base sur laquelle de bonnes relations peuvent évoluer. La confiance se base sur :

Un ami qui écoute

L’un des plus importants éléments a été d’être là lorsque l’on avait besoin de nous et d’écouter sans juger ni prendre parti. Écouter est la meilleure base de départ pour un médiateur.

En tant que communauté minoritaire, les membres de l’église avaient l’habitude de collaborer très étroitement et de partager mutuellement leurs expériences. Ils se réunissaient souvent pour planifier leur travail ensemble ou discuter de manière informelle et pour les études bibliques. C’était à chaque fois une occasion de partager les chagrins, les joies et les prières ainsi que de prendre le thé ensemble. Lorsque les tensions ont commencé, tout ceci s’est arrêté. Ils ont donc été ravis de pouvoir partager leurs histoires avec nous lorsque nous leur avons rendu visite. Les deux partis nous ont avoué avoir manqué la présence d’un ami proche qui écoute et compatit.

Aider les gens à comprendre le conflit

Un autre élément essentiel dans le processus de réconciliation a été d’aider chaque personne à voir les faits et la réalité du problème. Nous avons utilisé différents outils et techniques pour les aider à comprendre le conflit et à évoluer afin de s’accepter mutuellement.

La Bible Parce qu’il s’agissait d’un groupe chrétien, l’outil le plus puissant a été les études bibliques et les prières. Les premières étaient concentrées sur l’amour de Dieu, le pardon et la réconciliation. Nous avons mené les études et les prières avec les différents groupes, séparément et nous avons prié continuellement afin que Dieu nous montre le chemin de la confession, du repentir et de la réunion, ce que Dieu désire pour son peuple. Nous avons aussi utilisé un livret ROOTS de Tearfund, Renforcer la paix dans nos communautés, comme référence pour nos études bibliques.

Les analyses Nous avons utilisé la formation et les discussions pour aider chaque personne à comprendre ce qu’un conflit signifie, les types et les étapes d’un conflit ainsi que les réactions des gens. Il a été intéressant et utile d’analyser le conflit. Nous avons étudié :

Nous les avons aidés à analyser les facteurs qui peuvent rapprocher les gens ainsi que ceux qui causent des tensions et divisent les gens. Durant une réunion avec les personnes clé impliquées dans le conflit, nous avons discuté et, ensemble, avons identifié les problèmes qui envenimaient le conflit. Nous les avons ensuite encouragées à réfléchir de façon créative aux différentes manières potentielles de minimiser leurs effets. Cette approche les a renforcées dans l’assurance qu’il était possible d’arriver à la réconciliation. L’auto-analyse est un autre outil. Elle a permis d’aider les gens à comprendre leurs propres erreurs et leurs responsabilités dans le conflit. Ceci a suscité la repentance et amorcé le pardon.

Communication

Après avoir compris le problème et analysé le conflit, nous avons discuté avec chaque parti de ce qu’ils pensaient être la meilleure solution. Une fois la décision prise, nous l’avons communiquée clairement à l’autre parti. Durant notre rôle de médiateur, nous avons souligné l’importance de partager les perspectives et opinions positives avec chaque parti. Ceci a suscité la bonne volonté. Nous avons ensuite facilité une réunion entre les deux partis afin qu’ils puissent prendre un nouveau départ, avec un espoir renouvelé.

Soins et attention continus

Lorsque l’on s’occupe des peines et des sentiments des gens, il est essentiel d’apporter un soutien et une attention continus. Nous avons montré notre soutien et notre attention à travers nos prières, notre écoute attentive, en montrant que résoudre le problème nous préoccupait, en leur rendant souvent visite et en discutant avec les gens.

La Bible stipule que le pardon et la réconciliation sont possibles. Pour apporter la paix dans une communauté, les gens doivent conserver de bonnes relations avec Dieu, les autres, toute la création et eux-mêmes.

Bal Kumari Gurung travaille avec l’UMN en tant que Conseiller en plaidoyer pour les travaux de transformation des conflits. United Mission to Nepal, PO Box 126, Kathmandu, Népal.

Email : bal.k.gurung@umn.org.np

Site internet : www.umn.org.np 

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice