Photo : Marcus Perkins, Tearfund

De: La vie de famille – Pas à Pas 72

Pour des familles saines et fortes

 La CAF (Casa Filadélfia) est une organisation chrétienne à São Paulo, au Brésil, qui soutient les enfants, les adolescents et les familles vivant avec ou affectés par le VIH. Les projets de la CAF s’adressent aux exclus de la société et les aident à restaurer leur amour-propre et les équiper du savoir-faire dont ils ont besoin pour leur avenir. 

A « Notre foyer », le refuge de la CAF, les enfants et les jeunes vivant avec le VIH (certains vivaient auparavant dans la rue) font maintenant partie d’une nouvelle famille. Ils sont orientés vers la CAF par les autorités locales, les hôpitaux et d’autres refuges. A « Notre foyer », on répond à leurs besoins physiques essentiels comme la nourriture, les vêtements et l’hébergement. Ils y trouvent aussi un soutien social et affectif. Par ce biais, ils amorcent un processus de retour à la vie de famille. Certains retournent dans leur famille d’origine, d’autres sont soutenus  par un parent, comme une grand-mère ou une tante ou encore adoptés par une famille d’accueil.

Des familles des églises locales, des bénévoles et même des familles bénéficiaires d’autres projets de la CAF participent comme familles d’accueil. Elles s’occupent des enfants durant les week-ends et les vacances scolaires. Les enfants y ont l’occasion de se faire de nouveaux amis et de se retrouver au sein d’une famille. Nombre de familles d’accueil décident de devenir des familles adoptives.

Revenir dans une famille n’est pas facile. Cela doit être basé sur l’amour et l’acceptation. Les enfants et les jeunes qui vivent dans des refuges ou dans la rue ont déjà connu la disparition ou la séparation d’avec leurs parents. Beaucoup ont le souvenir d’avoir été négligés, certains ont connu la maltraitance. Il leur est souvent difficile d’être ouverts et de faire  de nouveau confiance aux adultes. Ceux qui vivent avec le VIH connaissent aussi des problèmes de santé. Ils doivent faire face aux effets secondaires physiques et émotionnels de médicaments puissants. Il faut de la patience, de la compréhension et des encouragements. Une bonne communication entre les enfants, l’équipe de la CAF, les autorités locales et les familles impliquées dans ce processus est très importante. Il faut écouter les points de vue et les sentiments exprimés par les enfants. Ce processus demande énormément de temps et de persévérance. Il y a tellement à apprendre.

Ieda Maria Siebra Bochio est Coordinatrice générale de Casa Filadélfia.

Email : ieda@caf.org.br 


Étude de cas

Certains enfants souffrent de handicaps ou connaissent des difficultés d’apprentissage qui rendent le processus encore plus difficile. « W » a huit ans et est arrivé d’un autre refuge il y a deux ans. Son problème d’élocution est partiellement dû à un stress émotionnel suite à la séparation d’avec sa mère alors qu’il était tout jeune et aussi du mauvais traitement subi à l’autre refuge. Au début, il ne savait pas communiquer correctement alors il avait du mal à se faire des amis et apprécier les jeux avec les autres enfants de la CAF. Il se sentait souvent triste et seul. Une famille de l’église locale a entendu parler de lui et l’a invité à venir passer un week-end chez elle. Malgré la difficulté de compréhension, toute la famille a continué à l’encourager, à lui parler et lui ont offert beaucoup d’attention. Avec le temps, cette relation et le soutien apporté ont renforcé la confiance et l’amour-propre de « W », ce qui lui a permis de mieux s’intégrer aux autres enfants. 


Étude de cas

Sebastiana a le VIH. Elle a 44 ans et a la charge d’une grande famille de 16 personnes vivant sous le même toit. Elle n’avait aucun moyen de subsistance avant de faire partie d’un atelier de la CAF ou elle a appris à faire du patchwork. Elle est devenue très habile et a commencé à vendre ses articles. Elle s’est aussi mise à aider à l’atelier, enseignant à d’autres femmes ce qu’elle avait appris. Le refuge pour les enfants est dans le même bâtiment que les ateliers et, un jour, Sebastiana a rencontré « J », un garçon de 13 ans de « Notre Foyer ». Elle a remarqué qu’il pleurait et qu’il était très contrarié. Elle lui a parlé et ils sont devenus amis Bien qu’elle soit très occupée et qu’elle ait la charge d’une famille nombreuse, elle s’est portée volontaire pour l’accueillir. Dans sa maison, « J » aime aider à la cuisine et joue avec les enfants de Sebastiana. Sa maison est toute simple et elle n’a pas beaucoup d’argent mais elle se soucie du bien-être et de l’avenir de « J ». Elle est prête à lui offrir non seulement de la nourriture mais de l’amour et de l’attention, comme à ses propres enfants et petits-enfants. « J » sent maintenant qu’il fait partie de la famille.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi