Une infirmière vérifie le rythme cardiaque du bébé. Photo: Richard Hanson/Tearfund

De : Santé maternelle – Pas à Pas 91

Comment aider les familles et les communautés à offrir un soutien vital aux femmes avant et pendant l’accouchement

Photo: Faith Alive

Photo: Faith Alive

Faith Alive, un hôpital basé à Jos au Nigéria, a délibérément pris des mesures pour faire participer les hommes à ses services prénataux, qui proposent le dépistage du VIH dans le cadre de la prévention de la transmission du VIH des parents à l’enfant. Lorsqu’une femme se présente à la clinique, elle reçoit une carte qui invite son partenaire à se rendre à l’hôpital pour un entretien de routine. Il n’y a aucune mention du dépistage du VIH sur la carte. Le personnel de l’hôpital sait que la plupart des hommes devront prendre sur leur temps de travail pour se rendre à la clinique, c’est pourquoi ils se montrent flexibles en ce qui concerne les horaires de rendez-vous pour les hommes et ils leur donnent la priorité à la clinique.

Les hommes sont invités à participer à des discussions de groupe. Le responsable de groupe commence par accueillir les participants en les remerciant d’être venus et en expliquant l’importance du rôle des pères dans les soins prénataux. Le responsable de groupe demande à un volontaire de montrer ce qu’il sait de la façon de donner le bain au bébé ou de changer une couche. Cela fait beaucoup rire et permet à chacun de participer de manière ludique et amusante. 

Les sessions se terminent par un enseignement sur le VIH et l’importance du dépistage pour prévenir la transmission du VIH des parents à l’enfant. On propose aux hommes un test de dépistage du VIH immédiat, sans avoir besoin de prendre rendez-vous. Des antirétroviraux (médicaments utilisés pour traiter le VIH) sont donnés à ceux qui en ont besoin.

Les hommes portent fièrement les T-shirts portant la mention « Papa attentionné » ou « Papa aimant » qu’ils reçoivent lorsqu’ils viennent à la clinique. Il n’y a aucune mention du VIH ou de l’hôpital sur les T-shirts. Cela encourage les hommes à mener à bien leurs responsabilités de père et à parler à d’autres hommes de ce qu’ils ont appris lors des discussions de groupe.

Caroline Onwuezobe, qui dirige la sensibilisation chez les hommes à la clinique prénatale, affirme : « Les hommes sont traités comme des rois ici, contrairement à d’autres hôpitaux où il n’est pas usuel que les hommes se rendent dans des cliniques prénatales ». 

Étude de cas rédigée par Jennifer Snelling.

Caroline a interviewé un des hommes qui s’est rendu à la clinique pour les visites prénatales. 

Pourquoi avez-vous commencé à accompagner votre femme aux visites prénatales ?

J’ai été invité par la clinique prénatale. J’ai pensé que c’était une bonne chose de la suivre à la clinique prénatale pour obtenir moi-même des informations sur chaque sujet, afin de m’en servir pour sauver la mère et le bébé, si nécessaire.

Combien de fois avez-vous accompagné votre femme aux visites ?

Six fois, en comptant le jour de l’accouchement.

Avez-vous constaté une amélioration de la santé de votre épouse depuis que vous avez commencé à l’accompagner ? 

Oui, son attitude a changé vis-à-vis du traitement que la clinique prénatale lui avait prescrit. Elle n’a plus hésité à le suivre correctement. Elle a suivi toutes les instructions qui lui ont été données.

Votre femme a-t-elle mieux vécu l’accouchement grâce aux visites ? 

Oui, elle était enthousiaste, joyeuse et encouragée, et même en partant accoucher, elle était soutenue.

Pensez-vous que les hommes accompagneront maintenant plus volontiers leur épouse à la clinique prénatale ?

Je pense que désormais, il y aura plus d’hommes qui accompagneront leur partenaire à la clinique prénatale, vu ce que j’ai appris quand j’y suis allé et la façon dont j’ai été traité. La plupart des hommes ignorent le fait que les pères devraient s’impliquer, ce qui les rend réticents. Mais s’ils en prennent conscience, je suis sûr qu’ils iront.


Pourquoi faire un dépistage du VIH pendant la grossesse ?

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant