Passer au consentement sur les cookies

De : Vivre avec un handicap – Pas à Pas 108

Conseils pratiques pour aider nos Églises et nos communautés à mieux intégrer les personnes en situation de handicap

Les catastrophes, comme les inondations, les cyclones, les tsunamis et les tremblements de terre, entraînent souvent des pertes de vies humaines, d’infrastructures et de biens. Elles causent également des blessures et des traumatismes. Pourtant, tout le monde n’est pas touché par les catastrophes de la même manière : tout dépend de la vulnérabilité de chacun.

La vulnérabilité tient à nombreux facteurs, dont le sexe, l’âge, la santé, la pauvreté et le degré de soutien de l’État. Les personnes en situation de handicap sont souvent particulièrement vulnérables en situation de catastrophe.

Il y a de nombreuses raisons à cela.

Tout effort pour réduire les risques et l’impact des catastrophes doit inclure tout le monde, y compris les personnes en situation de handicap.

Le modèle de gaibandha

Le modèle de Gaibandha repose sur l’expérience de la CBM et de ses partenaires dans les communautés touchées par les inondations dans la région de Gaibandha, au Bangladesh. Ce modèle inscrit les personnes en situation de handicap au cœur de la réduction des risques de catastrophe. Les personnes qui le mettent en œuvre sont des agents du changement qui travaillent avec leurs communautés pour s’assurer que les besoins de tout le monde sont pris en compte et que personne n’est oublié.

Le modèle de Gaibandha propose cinq étapes importantes :

Étape 1 – Constituer de solides groupes d’entraide

Il existe de nombreux avantages à réunir des personnes en situation de handicap au sein de groupes d’entraide. Parmi ceux-ci :

Dans la région de Gaibandha au Bangladesh, les groupes d’entraide participent à toutes les activités de réduction des risques de catastrophe, y compris à des exercices de simulation et à des systèmes d’alerte précoce. En situation de catastrophe, ils contribuent à identifier les personnes qui ont besoin d’être secourues et à prendre en charge celles qui se sont réfugiées dans des abris.

Grâce à cela, les personnes en situation de handicap sont de plus en plus respectées car elles sont reconnues comme étant de précieux membres de la société, et bon nombre d’entre elles sont devenues des leaders communautaires. Le fait de travailler ensemble à la réalisation d’un but commun et de tenir compte des besoins de toutes sortes de personnes permet d’élaborer des stratégies et des plans plus efficaces, et de réduire la stigmatisation et la discrimination.

Dans de nombreux pays, dont le Bangladesh, les personnes en situation de handicap sont particulièrement vulnérables aux inondations et à d’autres catastrophes. Photo : CBM/Patwary

Dans de nombreux pays, dont le Bangladesh, les personnes en situation de handicap sont particulièrement vulnérables aux inondations et à d’autres catastrophes. Photo : CBM/Patwary

ÉTAPE 2 – Mener un plaidoyer auprès des autorités locales

Les groupes d’entraide font partie de la communauté dans laquelle ils vivent. Ils doivent trouver leur voix, non seulement pour eux-mêmes mais pour l’ensemble de la communauté.  

Depuis qu’ils ont bénéficié d’une formation adéquate, les groupes d’entraide de Gaibandha sont très engagés dans des activités de sensibilisation et de campagne pour le changement. Ils invitent régulièrement des représentants des autorités et des journalistes à assister à leurs activités de gestion des catastrophes, et ont établi de bonnes relations avec eux. Ils ont mené une campagne fructueuse pour l’amélioration des routes et le renforcement de la digue, pour une distribution équitable de l’aide lors des inondations, pour des prestations d’invalidité, pour l’admission des enfants en situation de handicap dans les écoles et pour l’accessibilité aux bâtiments publics pour les personnes en fauteuil roulant. 

En promouvant des causes communautaires au lieu de se contenter de défendre les droits des personnes en situation de handicap, les groupes ont gagné le respect de la communauté et des autorités. En plus de prêter davantage attention aux groupes d’entraide et à leurs requêtes, le gouvernement a également commencé à demander l’aide des membres des groupes d’entraide pour former leur propre personnel.

Étape 3 – Ne laisser personne de côté

Il est indispensable de prévoir des systèmes d’alerte précoce accessibles et des procédures d’évacuation efficaces pour assurer la sécurité de tous les membres de la communauté. Un système mis en œuvre dans la région de Gaibandha a déjà permis de sauver des vies.

Étape 4 – Travailler avec les écoles

Suite à une catastrophe, les écoles ferment souvent pendant plusieurs semaines, ce qui perturbe considérablement la scolarité des élèves.

À Gaibandha, la situation a été considérablement améliorée en faisant participer les écoles aux différentes activités de sensibilisation.

Étape 5 – Promouvoir et soutenir les moyens de subsistance

Bon nombre des membres des groupes d’entraide de Gaibandha ont aujourd’hui des moyens de subsistance sûrs et productifs. C’est parce qu’ils s’entraident pour essayer de nouvelles choses, et parce que les gens ont pris confiance en eux pour créer leur propre petite entreprise. Certaines activités sont collectives (p. ex. production de maïs), ce qui implique que les tâches peuvent être réparties entre les membres en fonction de leurs capacités respectives. 

Le fait d’avoir des revenus réguliers permet aux gens d’améliorer leur logement, les abris des animaux et l’approvisionnement en eau, pour qu’ils soient plus résistants lors d’une catastrophe. Ils peuvent également se relever plus rapidement s’ils ont un peu d’argent de côté et s’ils peuvent rapidement reprendre leurs activités.

Définitions

Risque de catastrophe Interaction entre la probabilité de survenue d’un événement dangereux (p. ex. inondation) et ses conséquences négatives sur les vies humaines et les biens. 

Réduction des risques de catastrophe Recours à des stratégies et des pratiques visant à réduire la survenue des aléas, à diminuer la vulnérabilité des populations et de leurs biens, et à renforcer la capacité des populations à faire face à l’impact de ces aléas.


Adapté de Saving lives and leaving no one behind: the Gaibandha model for disability-inclusive disaster risk reduction, publié par CBM en 2018.

CBM est une organisation chrétienne internationale de développement qui vise à améliorer la qualité de vie des personnes handicapées. www.cbmuk.org.uk 

cbmuk.org.uk
Pour télécharger des informations sur le modèle du CBM Gaibandha pour la réduction des risques de catastrophe (mentionné aux pages 8 et 9), allez sur le site internet ci-dessus et cherchez « Gaibandha ».

 

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.