Passer au consentement sur les cookies

De : Le « chez-soi » et l’hospitalité - Pas à Pas 116

L'hospitalité, la bienveillance et une planification efficace peuvent réduire la vulnérabilité et aider les communautés à s'épanouir

Lorsque je regardais la cérémonie douverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020, je nai pu retenir mes larmes en voyant une équipe de réfugiés marcher avec des athlètes du monde entier. Cela ma ramené des années en arrière, quand j’étais moi-même un jeune athlète réfugié.


Comme tant de réfugiés aujourdhui, nous navions pas de « chez-nous ». Nous avions limpression de nappartenir nulle part, à aucune communauté. Nous étions perçus comme des intrus, et de nombreuses personnes et communautés hôtes nous étaient hostiles. Nous ne nous sentions en sécurité que là où les gens ne savaient pas qui nous étions.
« Comme tant de réfugiés aujourd’hui, nous n’avions pas de « chez-nous ». Nous avions l’impression de n’appartenir nulle part, à aucune communauté. »

En tant quathlète, je devais être le meilleur pour avoir une chance de concourir, et même lorsque c’était le cas, tout dépendait des préjugés et du parti pris des entraîneurs. Contrairement aux athlètes de Tokyo, jai souvent eu limpression que mon talent et mes capacités navaient dimportance que sils pouvaient être exploités et utilisés au profit dautres personnes. Je me sentais invisible, comme si je ne comptais pas.

Le besoin dappartenance

Nous avons tous besoin dun toit au-dessus de notre tête et dun endroit où dormir en sécurité la nuit, mais le désir humain davoir un foyer, un chez-soi, est bien plus profond que cela. Il est enraciné dans notre besoin dappartenir et d’être aimé, accepté et apprécié pour qui nous sommes.

Geovanna et sa famille ont dû quitter le Venezuela, mais ils ont trouvé un nouveau chez-eux et une nouvelle communauté en Colombie. Photo : Ferley Ospina/Tearfund

La Bible décrit l’Éden, notre lieu de vie originel, comme un magnifique jardin créé par Dieu, où poussent toutes sortes de plantes. Dans ce jardin, les êtres humains vivaient en harmonie avec Dieu, lun avec lautre, et avec la création au sens large. Mais le jardin d’Éden était bien plus quun lieu de vie. C’était un lieu de paix, dadoration et dabondance, où les relations reposaient sur lamour. Genèse 3 décrit comment la désobéissance dAdam et Ève a détruit cet environnement harmonieux. Ils ont dû quitter l’Éden et créer leur propre foyer dans un monde brisé.

Le reste de la Bible raconte l’histoire de la mission de Dieu, qui est de racheter et de restaurer sa création. Le livre de l’Apocalypse nous donne une idée de ce à quoi ce la ressemblera : dans ce lieu, les relations seront à nouveau saines, tous les besoins seront satisfaits et il n’y aura plus de souffrance (Apocalypse 7:16 ; 21:4). 

L’hospitalité

Les conflits armés, les catastrophes naturelles et le changement climatique obligent chaque année des millions de personnes à quitter leur domicile en quête dun lieu plus sûr. Pour dinnombrables autres personnes, le foyer est un lieu de souffrance, de négligence ou de maltraitance plutôt quun lieu de paix.

En pratiquant lhospitalité, nous pouvons tous contribuer à créer des lieux où les gens se sentent acceptés et ont le sentiment de faire partie dune communauté aimante, quelles que soient leur origine ou leur situation. La Bible dit très clairement que l’Église doit jouer ce rôle important et transformateur (Matthieu 25:34-40 ; Hébreux 13:2).

Lorsque j’étais réfugié, il existait peu dinformations sur les causes des déplacements de population et les difficultés que ces personnes rencontraient. Il nest toutefois pas surprenant que ce soient les Églises et les chrétiens qui nous aient réservé le meilleur accueil. Ils ont fourni des abris, de la nourriture et des vêtements, et ont mis leurs bâtiments à disposition pour que les enfants puissent poursuivre leur scolarité. Et surtout, ils étaient bienveillants. Ils nous ont offert un « chez-nous ».

La discrimination et les préjugés nont pas leur place dans nos communautés. Nous devons plutôt manifester lamour et la compassion dont Jésus parlait lorsquil nous a expliqué ce que signifie aimer notre prochain comme nous-même (Luc 10:25-37).

Rédigé par

Rédigé par  Emmanuel Murangira

Emmanuel Murangira est le directeur de Tearfund au Rwanda.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.