De : Micro-entreprise – Pas à Pas 35

Idées et conseils pour créer des petites entreprises rentables

par Rose Collins.

L’ouverture d’un petit commerce est généralement très aléatoire, pourtant beaucoup de gens rêvent de trouver de nouvelles façons d’améliorer leur emploi et leurs ressources. Ce numéro traite des «micro-entreprises» (les commerces à petite échelle) et donne des conseils pour qu’une bonne idée soit exploitée en petit commerce.

Préparer la production

Chaque année, de nombreux projets basés sur de bonnes idées échouent parce que les groupes qui les lancent n’ont pas suffisamment réfléchi avant de les entreprendre. Si vous souhaitez créer un nouveau groupe de production, vous devez réfléchir et répondre à certaines questions:

Le marché Une demande existe-t-elle pour les produits que vous souhaitez proposer? Pour répondre à cette question, vous devrez faire une simple étude de marché.

Les savoir-faire Quels produits savons-nous fabriquer? Dressez une liste de tous vos savoir-faire.

La concurrence Qui d’autre fabrique les mêmes produits que nous? Que savons-nous d’eux?

Les aménagements Où allons-nous fabriquer les produits et de quoi avons-nous besoin pour les fabriquer?

Le marketing Un membre du groupe sait-il calculer le prix de revient des produits? Sinon, comment pouvons-nous apprendre à le faire?

La situation légale Quelle structure légale sera nécessaire au groupe? Faut-il être déclaré et payer des impôts? Une constitution est-elle nécessaire? Qui l’organisera, combien cela coûtera-t-il? Où peut-on obtenir des conseils?

Les documents Un membre du groupe sait-il préparer les documents nécessaires? Sinon comment obtenir cette formation?

Stockage et transport Comment allons-nous stocker, emballer et transporter nos produits?

Comptabilité Comment allons-nous gérer notre argent? Faudra-t-il ouvrir un compte en banque? Quelles facilités de paiement offrirons-nous? – comptant, une semaine ou un mois de crédit?

Fixez un budget pour votre première année de commerce afin de savoir plus ou moins ce que vous allez dépenser; comparez ensuite cette somme avec l’argent que vous pensez pouvoir faire rentrer. S’il y a des commerces de production semblables dans la région, rendez-leur visite et tirez un enseignement de leur expérience et leurs problèmes. Rappelez-vous que la première année est la plus difficile car vous aurez tous les frais d’installation à payer. Vous devrez considérer le coût des matières premières, de la main-d’œuvre, de l’équipement, de l’emballage, du transport et du loyer de votre entrepôt. Assurez-vous que vous pouvez faire face à cette première année difficile avant de vous lancer, sinon vous risquez de perdre beaucoup d’argent, d’avoir beaucoup de soucis, un travail énorme et une garantie de succès très limitée.

Lieux de vente

Il m’est arrivé si souvent d’aller chez de petits producteurs qui me demandent de leur trouver des acheteurs pour les produits qu’ils ont fabriqués. Malheureusement, nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à écouler leurs produits pour avoir ignoré une loi très simple du marché: celle de l’offre et de la demande…

Avant de fabriquer quelque chose, assurez-vous tout d’abord qu’un nombre suffisant de personnes désirent acheter ce produit.

Il ne sert à rien de fabriquer en espérant ensuite pouvoir vendre; en procédant ainsi vous allez seulement perdre votre temps, votre énergie et votre argent et vous aurez des stocks d’invendus. La première chose à faire est une simple étude de marché. N’écoutez pas les conseils d’amis qui peutêtre veulent seulement vous encourager. Allez dans les marchés locaux, parlez aux commerçants, visitez les villes proches et discutez avec les personnes qui ont des boutiques. Cherchez si nécessaire des marchés dans les villes un peu plus lointaines. Quels sont les produits dont la demande est constante et qui se vendent le mieux?

Nouveaux modèles

Avoir des idées nouvelles de formes, de services, de produits alimentaires peut sembler assez difficile. Imaginez l’élaboration d’un produit nouveau comme si c’était un agréable voyage: quand on va en voyage dans un endroit qu’on ne connaît pas, on s’arrête généralement plusieurs fois pour demander son chemin. Pour vous, la destination finale est le produit nouveau que vous souhaitez découvrir, mais pour y arriver vous devez vous arrêter et demander la direction à suivre (considérez à nouveau votre étude de marché), arrêtezvous encore et considérez les conseils reçus à propos des échantillons proposés. Réfléchissez aux points suivants:

Peut-être produisez-vous des marchandises qui jusqu’ici se sont bien vendues, mais dont la demande a récemment diminué. Vous pouvez peut-être augmenter vos commandes en faisant quelques changements ou en introduisant quelques produits nouveaux. Voici quelques idées:

Contrôle de qualité

Faites toujours très attention à la qualité. Dès que vous savez où votre marchandise sera vendue, vérifiez sa qualité au cours de sa fabrication. Vos clients veulent un bon rapport qualité-prix et n’achèteront plus votre marchandise si sa qualité est médiocre. Vous devrez également maintenir un équilibre entre qualité et coût. Si vous achetez des matières premières de qualité supérieure, donc plus cher, et que vous soyez obligés d’augmenter vos prix, il se pourrait alors que vos clients n’aient plus les moyens de les acheter.

Dans un groupe important chaque ouvrier doit savoir clairement ce que vous attendez de lui, c’est-à-dire la qualité du travail. Il doit savoir, dès le début, que le travail mal fait ne sera pas accepté. Décidez de la qualité requise, faites une liste de vérification et formez vos ouvriers si nécessaire. Faites des vérifications sans prévenir; donnez des numéros de référence à vos ouvriers de façon à repérer la personne responsable de telle ou telle marchandise. Encouragez et récompensez ceux qui produisent toujours du bon travail.

Si vous exportez vos marchandises, le contrôle de qualité sera encore plus important. De nombreux pays ont des normes de conformité à respecter. Si les marchandises n’y répondent pas, elles risquent d’être refusées et retournées à l’expéditeur ou de ne pas être payées.

En plus de son mode de fabrication, le contrôle de qualité comprend plusieurs éléments. Par exemple si le produit est teint, est-il grand-teint? Si vous achetez des produits alimentaires à consommer crus, ont-ils été traités avec des pesticides? Si vous ajoutez des choses supplémentaires ou des accessoires à vos produits, sont-ils de bonne qualité? Soyez exigeants avec vos fournisseurs si vous pensez qu’ils essaient de vous vendre des matières premières de mauvaise qualité.

Stockez les produits dans des endroits propres et secs où ils seront protégés de l’humidité, des rats et des insectes nuisibles comme les charançons. Assurez-vous de la bonne qualité de vos emballages. Souvent, les producteurs n’y prêtent pas assez attention, mais les marchandises abîmées ou cassées seront invendables.

Les clients remarqueront que vos produits sont de haute qualité. Ils vous feront une bonne réputation et vous gagnerez la confiance de vos acheteurs. A l’avenir, si la concurrence augmente, ceci pourra être d’une importance capitale.

Une mauvaise qualité de vos produits entrainera la diminution de vos revenus; soyez donc vigilants et exigez de vos ouvriers la qualité de travail que réclament vos clients. Votre réputation sera le fruit de votre travail.

Rose Collins est Conseillère Commerciale de micro-entreprises. Elle travaille à Singapour pour Tearfund. Son adresse est: c/o Barton Associates, 15-01 Golden Mile Tower, 6001 Beach Road, Singapour.

Etude de cas: Yaski Handicrafts, Indonésie

Yaski Handicrafts (Artisanat Yaski) produisent des bijoux de fantaisie. Lorsqu’ils ont commencé il y a huit ans, ils n’ont pas pris le temps d’étudier correctement leur marché, ni leur prix de revient; ils ont aussi négligé l’approvisionnement de matières premières de qualité et une main-d’oeuvre bien qualifiée. Ils ont subi de grosses pertes financières et c’est tout juste s’ils n’ont pas fait faillite. Cependant, il y a deux ans, ils ont attentivement considéré les points qui suivent et réalisent aujourd’hui des bénéfices.

Yaski Handicrafts sont maintenant bien plus conscients de ce que désirent leurs clients. Ils ont étudié leurs marchés avec soin, trouvé de bons fournisseurs de matières premières variées, offert une formation aux savoir-faire nécessaires pour produire une plus grande gamme de bijoux. Ils ont maintenu des prix bon marché et ont créé de nouveaux modèles.

Etude de cas: Chandpur Cottage Industries au Bangladesh

Chandpur Cottage Industries (les Industries Artisanales de Chandpur) produisent des articles de jute depuis de nombreuses années et plus de 1.500 femmes fabriquent des sets de table et sikas. Ces produits étaient faits de jute naturel pour la plupart. Pourtant la direction, constatant que les ventes baissaient, a compris qu’un renouveau était nécessaire. Les teintures ont alors été introduites et toute une gamme de produits nouveaux, en jute de couleur, est apparue. De nouveaux modèles ont été créés, utilisant également des couleurs nouvelles.

Chandpur Cottage Industries sont aujourd’hui reconnues parmi les spécialistes des articles en jute de couleur. De nouveaux marchés se sont ouverts grâce à l’apparition des couleurs, relevant ainsi le taux des ventes.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant