Passer au consentement sur les cookies

De : Biodiversite – Pas à Pas 47

Comprendre les changements qui se produisent dans la biodiversité, et y répondre

Sur la biodiversité et des cultures GM

Avice Hall.

Le Women Worker’s Training Centre (Centre de formation des femmes) dans la plaine aride et monotone du Tamil Nadu travaille avec une centaine de villages de la région environnante. Il ne pleut presque pas d’année en année et la pauvreté y est très répandue. La plupart des agriculteurs survivent à peine et ils n’ont pas les moyens d’acheter des boeufs pour le labourage.

Avec pour devise «Dieu aime les villages», le centre gère de nombreux et différents programmes de développement dans les villages, y compris des centres d’accueil de jour pour les moins de cinq ans, des programmes médicaux et l’encadrement après l’école. Encouragés par le centre, de nombreux villages ont maintenant des Clubs de femmes et des Clubs d’agriculteurs. Chaque mois, les responsables des Clubs d’agriculteurs se rencontrent au centre où des gens de l’extérieur sont souvent invités à s’exprimer. Ces réunions couvrent un grand nombre de sujets. Les informations recueillies lors de ces réunions sont ensuite communiquées aux agriculteurs des villages.

Le jour où j’y étais, la réunion avait trois conférenciers: deux conseillers gouvernementaux pour les semences et la culture (l’un d’entre eux avait participé au développement d’une variété de riz GM pour le gouvernement) et moi-même pathologiste des végétaux. Après nos présentations, il y a eu un débat. Certaines des questions et réponses sont rapportées dans les pages de ce bulletin.

Beaucoup plus tard ce soir-là, chacun étant rentré chez lui, nous sommes arrivés dans un village et nous nous sommes joints à une classe en plein air. Là, un petit groupe d’hommes et de femmes étaient réunis autour d’un tableau noir et l’un des représentants des agriculteurs faisait un compte-rendu fidèle de ce qu’il avait appris plus tôt ce matin-là. Il reproduisait à la craie les schémas du matin, des enfants se promenaient tout autour et l’information partagée faisait l’objet d’une discussion animée.

Puis un homme âgé s’est levé et s’est présenté comme le forestier de la région. Il était là pour veiller à ce que tous les agriculteurs plantent des arbres et qu’ils n’en coupent pas. C’est vrai qu’il était âgé et les enfants de l’école riaient en l’entendant parler mais leurs parents les grondaient. L’ordre a été rétabli et la leçon a continué. Comme nous nous éloignions, je pensais que la contribution de ce vieil homme à la biodiversité de la région était importante et que nous devrions tous attendre et voir comment les cultures GM allaient se développer et ne pas nous précipiter pour les planter dès maintenant.

Le Dr Avice M Hall est conférencière en pathologie des plantes à l’Université d’Hertfordshire. Elle est intéressée par la vulgarisation agricole.

Son adresse est CP Snow Building, University of Hertfordshire, College Lane, Hatfield, Hertfordshire, AL10 9AB, Royaume-Uni
E-mail:
a.m.hall@herts.ac.uk

Qui a développé des variétés GM et pourquoi?

La majorité des cultures GM ont été développées par d’importantes sociétés internationales qui les utilisent à des fins financières. Leur objectif est d’augmenter la marge bénéficiaire de leurs actionnaires et des gros propriétaires terriens. Mais actuellement très peu de variétés GM ont été développées par des organisations ou de petits agriculteurs afin de partager les bénéfices.

Est-ce que l’agriculture affecte la diversité?

Faire pousser des cultures tend à réduire la biodiversité et ceci s’est produit au cours de nombreux siècles. Ne faire qu’une seule culture sur de grandes surfaces (monoculture) réduira la biodiversité à plusieurs niveaux: au niveau régional, au niveau du champ et aussi au niveau de la culture en question. L’utilisation de pesticides réduit aussi le nombre d’organismes bénéfiques ou utiles. Par contre, le mélange de cultures ou les petits systèmes traditionnels de cultures aideront à préserver la biodiversité.

Quel est le rapport entre la biodiversité et l’agriculture?

Il y a trois niveaux auxquels la biodiversité opère au sein de l’agriculture. D’abord il y a la biodiversité générale des différentes espèces de plantes, d’animaux et de micro-organismes sur les terres cultivées. Quelquesunes de ces espèces sont utiles à l’agriculture, comme par exemple les micro-organismes qui décomposent les matières organiques et qui, à leur tour, viennent enrichir la terre et améliorer sa structure. Ou bien encore les insectes utiles qui mangent ceux qui détruisent les récoltes. D’autres espèces comme les mauvaises herbes, les insectes nuisibles et ceux qui causent des maladies ne servent à rien pour les agriculteurs.

Deuxièmement, il y a la diversité de l’habitat lorsque des cultures différentes sont plantées ensemble (culture mixte). Cela est utile car la différence de taille parmi les plantes et aussi leurs différentes susceptibilités aux maladies et aux insectes limitent un peu la prolifération de ces derniers, réduisant ainsi la probabilité des épidémies sur une espèce ou une autre.

Enfin, il y a la diversité au sein même de la culture choisie qui a une constitution génétique variable. Une seule variété de riz peut être cultivée mais la graine pourrait être locale, spécialement sélectionnée durant une récolte précédente par le fermier lui-même et souvent aussi depuis plusieurs générations. Ces variétés locales connues sous le nom de cultures traditionnelles sont souvent bien adaptées à l’environnement local et contiennent des variations génétiques vitales que nous devons protéger. C’est pourquoi ces cultures traditionnelles sont sauvegardées dans des banques de graines pour fournir des sources de variétés aux phytogénéticiens.

Quels sont les avantages des cultures GM?

Potentiellement, certains cultures GM offrent de très réels bénéfices qui sont peut-être supérieurs à l’impact qu’elles peuvent avoir sur la biodiversité. La culture du «riz doré» à haute teneur en vitamine A qui aidera à réduire la cécité en est un bon exemple.

Toute forme de culture a un impact sur la biodiversité dont une partie est négative. Quand on essaie de mesurer l’impact des cultures GM sur la biodiversité, on ne doit pas seulement considérer l’impact direct (un insecte particulièrement rare va-t-il être tué?). On doit aussi considérer le système d’agriculture. Une monoculture de coton ou de tabac va avoir un impact négatif sur la biodiversité, qu’elle soit conventionnelle ou GM.

Pourquoi les phytogénéticiens veulent-ils produire des cultures GM?

Les cultures GM permettent de développer de nouvelles variétés pour satisfaire des besoins spécifiques. Elles offrent la possibilité d’inclure dans ces variétés une résistance à une gamme d’insectes ou de maladies réduisant ainsi l’emploi d’insecticides et de fongicides.

Comment les cultures GM peuvent-elles affecter la biodiversité?

Il est possible que certaines variétés GM aient un impact plus positif sur la biodiversité que les espèces conventionnelles. Par exemple une variété résistante aux attaques des insectes réduirait l’emploi d’insecticides qui tuent tous les insectes utiles ou non, sans discrimination.

Mais ce n’est pas tout! La plupart des graines GM disponibles aujourd’hui sont celles de cultures commerciales (colza, soja, coton) et non pas de cultures vivrières, comme le manioc, le sorgho ou les différents millets. La plupart des graines GM sont chères et les agriculteurs n’ont pas le droit d’en mettre de côté pour la récolte suivante car ces graines sont brevetées et ils doivent donc chaque année acheter une nouvelle semence. Dans certains cas, celui du coton Bt par exemple, le système de culture est très différent de celui du coton conventionnel. Si un gène d’une variété GM s’échappe et passe à une variété sauvage apparentée, ou si le gène de la variété GM rend la culture toxique pour un papillon très rare, il y aura peut-être d’autres effets supplémentaires.

Devrions-nous acheter des graines GM?

Jusqu’ici, la valeur des cultures GM n’a pas encore été correctement ou complètement déterminée. Peu de variétés apportant des bénéfices réellement clairs ont été produites pour le petit agriculteur. On peut faire beaucoup de choses pour améliorer les rendements sans aller dépenser de l’argent pour acheter des graines GM. Les agriculteurs devraient cependant continuer à s’informer et à mieux comprendre les préoccupations et les bénéfices liés aux cultures GM car c’est une situation nouvelle qui évolue rapidement. 

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.