Passer au consentement sur les cookies
Photo : Jim Loring/Tearfund

De : Tirer les leçons des desastres – Pas à Pas 56

Conseils pour aider les communautés à se préparer à des situations inattendues

Alastair Seaman.

L’INF (International Nepal Fellowship : association internationale du Népal) opère depuis plus de dix ans un programme de développement et de santé communautaire dans le district de Myagdi, au Népal. Durant les six dernières années, ce programme a permis d’encourager les personnes marginalisées à se réunir afin de planifier différentes manières d’améliorer leur vie. Il existe maintenant près de 40 groupes de ce genre réalisant des plans d’actions pour atteindre leurs propres objectifs. Ce programme offre à ces groupes, une aide technique dans les domaines de la santé, l’horticulture, l’alphabétisation mais aussi la conception et l’installation de systèmes d’eau potable.

En 2001, il y a eu un épouvantable glisse-ment de terrain dans le village d’Arman, en dehors de la zone d’opération d’INF mais dans le district de Myagdi. 16 personnes ont été tuées et de nombreuses maisons détruites. Des structures publiques comme l’école primaire et le système d’approvisionnement en eau ont été endommagées. Près de 100 foyers ont été directement touchés.

Juste après l’accident, on a demandé l’aide de l’INF. Répondre à un désastre ne faisait pas partie de nos plans. Nous n’avions pas de budget pour ce genre de travaux et ce désastre est arrivé en dehors de notre zone d’opération. Cependant, cette fois-ci, nous avons décidé de collecter des fonds et d’aider.

Pourquoi s’impliquer ? 

Nous avons décidé de les aider pour deux raisons. Durant ces sept dernières années, les Népalais ont dû supporter une « guerre du peuple » maoïste qui a provoqué la mort de plus de 8 000 personnes. Durant cette même époque, nombre de programmes de développement ont dû être ralentis ou arrêtés, forcés par les Maoïstes, tout particulièrement les programmes comme les nôtres qui suivent une approche de renforcement du pouvoir. Cependant, lorsqu’il arrive ce genre de désastre avec tous les besoins qui s’en suivent, les Maoïstes sont bien plus ouverts à l’aide des agences de développement. La première raison pour répondre positivement était qu’un tel désastre nous offrait une rare occasion de travailler avec la population locale afin d’apporter une différence.

L’autre raison était qu’en nous impliquant, nous avions l’opportunité de rapprocher les deux partis du conflit puisqu’ils allaient devoir travailler ensemble sur un problème qui était important pour l’un comme pour l’autre. D’une certaine manière, aider la communauté à répondre à ce désastre a permis de créer ou renforcer les relations entre les gens des deux partis du conflit. Une telle approche a aussi aidé à renforcer la bonne réputation de l’INF dans le district. Ceci nous a rendus plus acceptables auprès des deux partis du conflit et a amélioré notre capacité à poursuivre les autres parties de notre programme.

Comment s’impliquer ? 

Le personnel du programme désirait répondre de manière à ce que toute la communauté en bénéficie plutôt qu’une partie seulement. Nous voulions que notre aide améliore la capacité de la communauté à travailler ensemble. Nous avons commencé par rencontrer les membres du comité de désastre mis en place par la population locale. Nous désirions savoir quels étaient leurs plus importants besoins. Nous avons décidé ensemble que la meilleure manière de répondre à nos objectifs serait d’aider à réparer l’école primaire. Nous avons donc réparé le bâtiment mais aussi remplacé les meubles endommagés, restauré le système d’approvisionnement en eau potable et installé de nouvelles toilettes. L’INF a fourni les conseils techniques et de construction mais aussi le matériel qui n’était pas disponible localement comme le ciment et les tuyaux d’eau. Les travaux ont été réalisés en utilisant la main d’oeuvre locale, composée de bénévoles et de gens payés par l’INF. Payer les artisans et les ouvriers locaux a permis d’encourager l’économie locale et d’aider certains membres à acquérir de nouveaux savoir-faire très utiles.

Planifier pour l’avenir 

A la suite de notre expérience à Arman, on a décidé d’inclure parmi les activités régulières de notre programme, une réponse aux désastres locaux. Une telle décision signifie que nous pouvons maintenant prévoir ce genre de travaux sur le plan des budgets et de l’organisation.

Alastair et Fiona Seaman ont été dépêchés auprès de l’INF au Népal par Tearfund. Voici leur adresse : INF, PO Box 5, Pokhara, Népal. Email : aseaman@inf.org.np Site internet : www.inf.org.np 

 

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.