Passer au consentement sur les cookies
Photo : Esther Harder

De : Échanger des idées – Pas à Pas 75

Les lecteurs de Pas à Pas font part d’idées liées à leur travail

Photo: Loiboku Jeremy

Photo: Loiboku Jeremy

Les gens qui vivent dans des régions arides et infertiles sont souvent confrontés à la difficulté de se procurer des légumes et fruits frais, essentiels à une vie saine. Parfois les gens ont les moyens de s’acheter ces produits essentiels, mais ils ne sont pas disponibles. Lorsque l’on en trouve, ils sont parfois en très mauvais état à cause du transport du producteur au consommateur.

J’ai récemment rencontré un vieillard qui avait trouvé une solution au problème du manque de légumes frais dans sa ville. Wamba est une ville du district de Samburu, dans la Province de la Vallée du Rift, au Kenya. Elle est située dans une zone sèche, semi-aride, loin des villes productrices de légumes du Kenya. Le sol est sableux, les températures élevées et la pluie rare. La majorité de la population est pauvre et dépend de l’approvisionnement de secours du gouvernement.

Le problème

Il existe très peu d’opportunités de travail dans la ville et les gens dépendent de vivres apportés par les commerçants des villes distantes de 100 km. Les fruits et les légumes arrivent toujours aux résidents de Wamba en mauvais état, à cause de l’exposition à la chaleur et d’autres conditions défavorables pendant le transport. De plus, l’approvisionnement de ces produits n’a lieu qu’une fois par jour, ce qui signifie que les habitants doivent attendre leur arrivée le soir, et le week-end, il n’y a pas d’approvisionnement.

Une opportunité

En 2006, un puits foré a été creusé sur les berges d’une rivière en bordure de la ville. Ce puits avait pour but de fournir de l’eau potable aux habitants démunis. M. Stanley Lekutai, un habitant âgé de la ville, a imaginé un autre usage pour ce puits foré. M. Stanley possédait des connaissances en pratiques agricoles : il savait cultiver des légumes et prendre soin des cultures. Il était persuadé qu’il pouvait se servir du puits pour créer un potager qui permettrait de fournir des légumes aux résidents locaux. Les terres de Wamba sont essentiellement communales, il savait donc qu’il pourrait acquérir une parcelle sans problème. En raison de la mauvaise qualité des légumes et de l’approvisionnement irrégulier de la ville, M. Stanley savait que la demande en légumes frais était forte. Et puisque 90% des habitants de son village étaient sans emploi, il s’est dit qu’il pourrait s’associer avec eux et démarrer un potager suffisamment grand pour approvisionner la ville avec les produits demandés.

M. Stanley a décidé de se lancer. Il a rencontré les représentants de l’organisation qui avaient creusé le puits foré et a partagé cette idée avec eux. Ils l’ont autorisé à utiliser l’eau du puits foré pour la culture de légumes. M. Stanley est rentré au village et a exposé son idée dans les grandes lignes à quelques femmes. Il leur a promis de leur apprendre à cultiver la terre. Il a réussi à en convaincre 15, et c’est ainsi qu’ensemble, ils ont commencé à créer ce potager.

La méthode

  1. Ils ont divisé la parcelle de 100 x 50 mètres en plates-bandes et ont assigné chacune à une personne donnée. Comme M. Stanley savait que le sol n’était pas très fertile, il a conseillé aux membres du groupe de racler la première couche de terre et de la déposer ailleurs.
  2. Ils ont sarclé la couche de terre inférieure pour créer des plates-bandes et ont amassé le surplus de terre sur les bords du potager.
  3. Sur le côté du potager le plus bas, ils ont creusé une tranchée et ont amassé la terre tout autour de la parcelle. Cette tranchée et cet amas avaient pour but d’évacuer les eaux d’écoulement pluviales pour éviter l’inondation du potager.
  4. ls ont clôturé le potager à l’aide de branchages d’acacia épineux et sont allés chercher de la terre dans d’autres endroits plus fertiles. Ils ont mélangé celle-ci à du fumier de vache et ont répandu le mélange sur les plates-bandes.
  5. Puis, M. Stanley a aménagé une pépinière et y planté du chou frisé, des épinards et du chou. La Mission Catholique voisine et les ONG locales ont contribué à l’achat des semences. Le groupe a ensuite arrosé la pépinière jusqu’à ce que les pousses soient prêtes à être repiquées dans le jardin.

Bénéfices

Les plants repiqués ont très bien pris. M. Stanley et ses partenaires ont commencé à récolter les légumes et les ont vendus au reste des habitants de la ville à bon prix. Les habitants ont entendu parler du potager et aujourd’hui ils y affluent à midi et le soir pour acheter des légumes pour leur repas. M. Stanley et ses partenaires ont tiré des bénéfices de leurs efforts, car aujourd’hui ils disposent :

La création du potager a également attiré un certain nombre d’organisations dans leur village, qui ont promis d’aider M. Stanley et son groupe à obtenir toute l’aide dont ils auraient besoin, par ex. pour l’achat des pesticides et des semences. Les habitants étaient en admiration devant le potager, et avec les écoles des alentours, ils l’ont visité pour en apprendre plus sur sa création et sa gestion. Ce projet a permis de prouver que l’on peut obtenir des légumes frais dans les zones semi-arides.

Loiboku Jeremy, Ereto Group, PO Box 43, 60300 Isiolo, Kenya.

Email : Leah20ke@yahoo.com


Planter dans un sac

Une nouvelle idée que nous avons récemment découverte, est d’utiliser un sac pour y planter des légumes. J’espère que cette idée aidera les lecteurs de Pas à Pas dans le monde entier. Cela peut fonctionner dans les zones urbaines, rurales et dans les zones isolées.

Pasteur George Guyo Wako, Africa Inland Church, Titila, c/o Box 21028, 00505, Nairobi, Kenya.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.