Passer au consentement sur les cookies
Photo : Marcus Perkins/Tearfund

De : La migration – Pas à Pas 78

Présente certains des aspects positifs et négatifs de la migration

Les causes les plus fréquentes de migration dans les pays de Méso-Amérique (la région qui s’étend du sud du Mexique jusqu’au Costa Rica) sont les conflits et la dégradation de l’environnement naturel. Dans cet article, nous abordons les deux situations et leur impact sur la région de La Mosquitia, au nord-est du Honduras.

La migration causée par les conflits dans cette région

Les guerres civiles des années 1970 et 1980 dans les pays frontaliers du Honduras, comme le Guatemala, Le Salvador et le Nicaragua, ont engendré la migration de plusieurs groupes de populations vers le Honduras. Les réfugiés qui ont franchi la frontière du Nicaragua pour entrer dans la région de La Mosquitia faisaient partie des populations autochtones miskito et sumu mayangna. Ces populations ont des liens culturels, ethniques et historiques avec ces deux pays. Par conséquent, les réfugiés ont bien été accueillis au début, dans les communautés et les familles miskitos du Honduras. Mais rapidement, le nombre de réfugiés est devenu tellement important que les Miskitos du Honduras ne pouvaient plus continuer à s’en occuper.

Les réfugiés nicaraguayens ont fini par recevoir de l’aide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) par le biais d’une organisation nommée World Relief. Les réfugiés ont été rassemblés dans un centre de distribution du village de Mocoron. La population du village est passée de 200 à 30 000 personnes. L’UNHCR et World Relief ont fourni une aide sous forme de nourriture, d’hébergement, d’eau, d’assainissement et diverses formes d’assistance technique.

Les réfugiés étaient libres de vivre et de cultiver à leur guise. Malheureusement, cela a entraîné de graves répercussions sur l’environnement. Les réfugiés ont commencé à utiliser les ressources naturelles sans adopter des pratiques durables ou de bonnes pratiques d’agriculture. Les arbres ont été abattus sur des centaines d’hectares. De nombreuses espèces d’animaux, d’oiseaux et de poissons ont peu à peu disparu à cause de la chasse intensive et de la perte de leur habitat naturel.

La guerre civile au Nicaragua s’est achevée en 1990 et les réfugiés nicaraguayens sont progressivement rentrés chez eux. Dans les années qui ont suivi, la forêt a repris du terrain dans les zones déboisées et abandonnées par les réfugiés. Les animaux, les oiseaux et les poissons ont également repeuplé la zone.

Photo: Geoff Crawford/Tearfund

Photo: Geoff Crawford/Tearfund

Photo: Geoff Crawford/Tearfund

Photo: Geoff Crawford/Tearfund

La migration causée par la dégradation de l’environnement naturel 

Une autre cause majeure de migration en Méso-Amérique est la dégradation des écosystèmes et la réduction de la fertilité des sols. La National Geographic Society a comparé la couverture végétale en MésoAmérique entre 1950 et 2000. Les zones de forêt ont connu une forte diminution sur cette période. Au Honduras seulement, près de 50 pour cent des forêts ont disparu dans ce laps de temps. 

Une grande partie de la forêt tropicale a été abattue pour obtenir des surfaces agricoles. Par exemple, de vastes étendues de forêt ont été converties en pâturages pour le bétail. D’après une récente analyse satellite de MOPAWI, la conversion des forêts en terre de pacage a presque triplé entre 2000 et 2007 (voir encadré). Les ressources forestières ont également été exploitées. Les arbres ont été abattus, essentiellement par des entreprises riches, pour vendre le bois. Les terres ont été déboisées, le plus souvent illégalement, pour construire des routes permettant le transport du bois. Les pratiques non-durables ont entraîné une dégradation des sols et des écosystèmes locaux. Cela a amplifié la pauvreté et poussé les gens à trouver d’autres façons de vivre. 

Une des destinations préférées des migrants est la forêt tropicale de la région de La Mosquitia. Malheureusement, les familles migrantes amènent avec elles les pratiques non-durables pour l’environnement qui les avaient poussées à partir. La région de La Mosquitia elle-même a donc souffert d’une dégradation des sols et des écosystèmes locaux ces dernières années. 

La migration vers d’autres régions 

La dégradation de l’environnement a également encouragé la migration vers les régions urbaines et vers les États-Unis d’Amérique. De nombreuses personnes partent en quête du « Rêve américain » : travail, meilleures opportunités d’éducation et meilleur accès aux services de santé pour leurs enfants. Toutefois, les migrants en sont souvent réduits à vivre dans des zones périurbaines qui disposent de services publics limités, voire non-existants, comme l’eau et l’assainissement et l’approvisionnement énergétique. 

La migration par voie terrestre vers les États-Unis d’Amérique depuis le Honduras implique de passer les frontières du Guatemala et du Mexique. Ces traversées sont très dangereuses et très risquées pour la vie des migrants en raison des conditions de transport. Des centaines d’accidents de la route ont eu lieu, lors desquels les gens, principalement des hommes, ont perdu des bras ou des jambes. De nombreux accidents mortels ont également lieu, suite aux chutes des individus depuis les trains ou à la suffocation de migrants cachés dans des véhicules. 

Réponses à la situation 

MOPAWI a identifié trois manières clés de réduire la dégradation environnementale, tout en fournissant aux populations un moyen de subsistance durable.

Conclusion 

Il y a un lien entre la migration et la détérioration de l’environnement. Lorsque la migration est provoquée par des conflits, le nombre de personnes vivant dans une région donnée peut augmenter de façon très rapide, et elles sont dépendantes des ressources naturelles disponibles. Lorsque la migration a lieu parce que les ressources environnementales ont été abîmées ou épuisées, les gens migrent vers des zones forestières et amènent souvent avec eux des pratiques d’utilisation des ressources nocives, qui auront un impact sur la durabilité de l’environnement de cette région. Bien que la migration et la détérioration environnementale soient liées, il est important de se souvenir qu’il existe des moyens de réduire cet impact sur l’environnement. 

Osvaldo Munguía est le Directeur exécutif de MOPAWI. 4B 2a Calle Co. Tres Caminos Apdo 2175 Tegucigalpa Honduras Email : mopawi@mopawi.org.hn Site Internet : www.mopawi.org

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.