De: Gestion des conflits – Pas à Pas 36

Des idées pour aider à résoudre les conflits dans et entre les communautés

par Scott Jones.

Les forêts du sud-ouest du Cameroun constituent une ressource naturelle de valeur. Il y a de nombreux conflits d’intérêts entre les populations locales, les agences gouvernementales et les compagnies. La récolte d’un arbre très utile, le Prunus africana, en est un exemple. Une compagnie européenne utilise l’écorce du Prunus pour préparer un médicament destiné à traiter un certain type de cancer. Les populations locales gagnent de l’argent en vendant l’écorce à la compagnie, mais la demande de cette écorce est élevée et les récoltes répétées menacent la survie de cet arbre.

Dans une région particulière, un conflit déjà vieux s’aggravait entre les villageois, la compagnie, le Ministère de l’Environnement et des Forêts (MINEF). Le personnel d’un projet gouvernemental travaillait dans la région pour gérer le conflit. Le but était d’essayer de mettre tout le monde d’accord pour obtenir les bénéfices de la récolte du Prunus, en évitant de l’anéantir, de détruire l’environnement et de se mettre tous en colère.

Les conflits étaient intenses et il ne semblait pas qu’il y ait d’issue. Certains participants étaient très en colère et utilisaient la force, même la violence physique, pour arriver à ce qu’ils voulaient, ignorant le droit des autres. Certains manquaient de confiance et se retiraient de toute confrontation.

La première réunion

Nous avons commencé par une réunion de village à laquelle se sont rendu les villageois qui était intéressés. La réunion fut dirigée par une équipe de trois personnes faisant partie du projet gouvernemental. Le but de la réunion était de se mettre d’accord sur l’approche commune du village qui serait utilisée à la réunion suivante où des membres de la compagnie et du service gouvernemental seraient présents.

La réunion commença bien mais ensuite les esprits s’échauffèrent: il était clair que le village n’était pas uni. Trois opinions principales furent exprimées par les villageois: celle des anciens, celle des femmes et celle des jeunes. Chaque groupe avait des idées différentes, et était composé de dirigeants ayant leurs propres idées et de quelques membres calmes. Il était clair que des conflits profonds existaient entre les groupes et pas seulement au sujet du Prunus. La plupart s’accordaient à penser qu’il fallait gagner de l’argent avec le Prunus mais sans trop l’exploiter. Toutefois, le manque de confiance et les malentendus subsistaient.

L’équipe du projet demanda que la réunion soit temporairement interrompue. Elle rencontra séparément les différents groupes ou des individus particuliers. L’équipe écouta, arriva à comprendre les points de vue des gens et émit quelques suggestions. Les humeurs se calmaient au fur et à mesure que l’on établissait un terrain d’entente. La réunion du village reprit et progressa correctement. Les villageois ne purent pas présenter un front uni à la compagnie, mais ils se mirent d’accord pour dire que cela ne serait possible qu’après avoir résolu leur propres problèmes entre les anciens, les femmes et les jeunes. Ils se mirent aussi d’accord pour que chacun essaye de comprendre le point de vue des autres et pense de façon créative afin de pouvoir faire des progrès et trouver une solution au conflit. La réunion prit fin mais l’équipe continua de rencontrer les groupes de villageois pendant plusieurs jours.

La deuxième réunion

La deuxième réunion eut lieu deux semaines plus tard. Les villageois, un représentant de la compagnie et deux représentants du gouvernement étaient en présence. Cette fois, l’équipe du projet dirigea la réunion mais ses membres n’étaient pas neutres: ils étaient surtout intéressés d’obtenir la gestion viable des ressources forestières pour le bénéfice de la communauté. Ils n’étaient plus des médiateurs mais ils étaient en fait devenus des influents (voir page 11).

La réunion commença mal lorsque plusieurs participants arrivèrent en retard. Chaque groupe présenta sa position et on en discuta. Des discussions très animées se produisirent et quelques participants sortirent de la salle.

Il y avait deux difficultés principales. D’abord les divisions entre les villageois étaient toujours très évidentes. Deuxièmement, les gens pensaient vraiment que la réunion allait tout solutionner. L’équipe demanda d’interrompre la réunion pour que les esprits se calment et qu’on puisse discuter par petits groupes. Quand la réunion recommença, son objectif avait changé: il s’agissait seulement d’essayer de comprendre le point de vue et les préoccupations des autres. Les accords et les solutions devaient être ajournés momentanément et ne viendraient qu’après vérification que tous les points de vue aient été exprimés et compris.

Progrès lents

Les discussions continuèrent et les préoccupations furent exprimées devant tous. Quelle quantité d’écorce pouvait-on obtenir? Qui la récolterait? Comment allait-on calculer les paiements et qui bénéficierait de l’argent ainsi obtenu? Quel montant devrait être alloué au fonds du village? De temps en temps la discussion s’échauffait encore. L’équipe menait habilement la discussion en s’en tenant à l’ordre du jour.

On n’avait pas atteint un accord final mais la discussion progressait et la réunion arriva à plusieurs conclusions importantes. En dépit de la colère et des émotions fortes, la communication avait été maintenue, tout le monde voulait trouver une solution et chacun avait exprimé son point de vue et avait commencé à comprendre le point de vue des autres. Les problèmes réels, dont certains étaient restés cachés jusque-là, avaient été exposés. Tout le monde était décidé à continuer la discussion, avec des objectifs mieux repartis dans le temps et à trouver une solution finale acceptable par tous.

Description d’un conflit

Faites une description du conflit, si possible en présence de tous les groupes en conflit. Il est préférable de mettre la description par écrit (mais ne le faites pas si vous pensez que les personnes illettrées se sentiront exclues). Si vous voulez, dessinez des cartes et faites des dessins illustrant les zones de conflits.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice