De: Biodiversite – Pas à Pas 47

Comprendre les changements qui se produisent dans la biodiversité, et y répondre

L’azadina est un arbre qui vit entre cent et deux cents ans et peut atteindre 30 mètres de haut. Il commence à produire des fruits au bout de quelques années et sa pleine production intervient à partir de dix ans.

En sanscrit le mot qui traduit azadina veut dire «celui qui soigne tout» et en swahili il signifie 40 car on dit qu’il soigne 40 maladies différentes. Pour obtenir un arbre il vaut mieux commencer avec des graines fraîches qui ont moins de trois mois. Vous pouvez aussi essayer de faire des boutures dont vous aurez retiré les feuilles et que vous planterez dans une terre humide.

Les oiseaux et les chauves-souris mangent les fruits de l’azadina. Ils en mangent la chair parfumée et recrachent les noyaux. Ramassez les graines par terre et lavez-les, puis laissez-les sécher au soleil pendant quelques jours. Gardez-les ensuite dans des sacs où l’air peut circuler, comme des sacs de jute, ou dans des paniers.

Pour faire de l’huile d’azadina, écrasez doucement les graines bien séchées dans un grand mortier pour séparer les graines de leur enveloppe sans écraser les grains. Versez d’une certaine hauteur le mélange dans un panier (c’est ce qu’on appelle vanner). Les graines plus lourdes devraient tomber dans le panier et leur enveloppe plus légère devrait être emportée par le vent. Retirez les graines pourries car elles peuvent être vénéneuses. Mettez ensuite toutes les autres dans un mortier et écrasezles pour former une pâte brune collante que vous allez malaxer à la main en y ajoutant un peu d’eau propre. Après avoir bien pétri le mélange, l’huile va commencer à sortir. Continuez à pétrir et à serrer la pâte jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’huile. On peut obtenir 100–150ml d’huile par kilo de graines d’azadina. La substance restante est un excellent engrais que l’on peut aussi donner à manger aux animaux.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice