Passer au consentement sur les cookies
Photo : Jim Loring/Tearfund

De : Familles en crise – Pas à Pas 55

Idées pratiques pour rendre les familles plus fortes et les aider à rester en bonne santé

L’épidémie de sida dans le sud de l’Afrique force nombre d’enfants à migrer dans d’autres régions. Souvent, ils vont vivre avec des membres de leurs familles étendues parce que leurs parents sont malades ou morts du sida. Il arrive aussi qu’ils partent pour aller aider un parent malade du VHI/sida. Les distances que ses enfants doivent parcourir peuvent leur causer des difficultés. Cet article étudie comment ces difficultés peuvent être réduites afin que leur migration soit une expérience plus positive.  

Photo: Jim Loring/Tearfund

Photo: Jim Loring/Tearfund

Des recherches ont été effectuées parmi des enfants à l’école primaire, placés en garde ou vivant dans la rue au Lesotho et au Malawi. L’objectif était d’en savoir davantage sur la migration des enfants, particulièrement lorsqu’elle est due au sida au sein de la famille.

La migration peut affecter les jeunes enfants de bien des façons. Elle est souvent rendue plus difficile par les effets de l’épidémie VIH/sida. Le sud de l’Afrique est la région la plus affectée par la pandémie du sida. 16% des adultes du Malawi et 24% du Lesotho sont contaminés par le virus. A l’heure actuelle, 27% des enfants de moins de 15 ans au Malawi et 14% au Lesotho ont perdu un parent ou les deux. Les enfants sont affectés bien avant de devenir orphelins, pourtant ce problème reçoit relativement peu d’attention.

Dans la plupart des pays du sud de l’Afrique les gens migrent traditionnellement vers d’autres régions pour trouver du travail. Les membres d’une même famille vivent souvent très loin les uns des autres. L’une des stratégies courantes pour faire face au sida dans une famille est d’envoyer les enfants vivre avec d’autres parents, ailleurs. Ils s’en vont pour que quelqu’un s’occupe d’eux ou pour s’occuper de quelqu’un ou encore pour trouver du travail afin de subvenir à leurs propres besoins.

Principaux résultats de cette recherche

Recommandations 

Formez des contacts avant la migration On pourrait encourager les familles à aider les enfants à prendre contact avec les gens et les endroits avant d’y partir (par exemple au cours d’une visite antérieure à leur départ). En développant de tels contacts, les enfants seront moins anxieux à l’idée de vivre ailleurs.

Offrez un choix Permettre aux enfants de choisir où ils peuvent aller peut aussi les aider à s’habituer à la nouvelle situation. Pour de nombreux enfants, la seule manière de sortir d’une situation difficile est d’aller vivre dans la rue.

Communiquez Il est aussi utile d’expliquer aux enfants les raisons pour lesquelles ils doivent partir, de leur parler des causes de cette maladie ou de la mort de certains membres de leur famille.

Gardez le contact On devrait encourager les enfants à garder le contact avec leur famille et leur communauté. Ceci est tout particulièrement important pour les enfants placés en garde dans des établissements.

Encouragez le soutien communautaire On s’est rendu compte que les communautés n’étaient que très peu impliquées dans l’attention aux orphelins et que toute la charge en incombait aux foyers des différents membres de la famille étendue. On pourrait discuter dans les communautés des manières de soutenir ces familles, en réduisant par exemple le coût de l’inscription à l’école ou en offrant de la nourriture.

Soutenez les foyers La pauvreté accroît terriblement les difficultés des enfants lorsqu’ils doivent s’insérer dans de nouveaux foyers. S’il revenait moins cher de s’occuper des enfants, en particulier si les coûts d’inscription à l’école était réduits, ces enfants seraient mieux acceptés dans les autres foyers et cela leur permettrait de rester chez des parents plus proches comme leurs grands-parents.

Adapté d’un compte-rendu de recherche publié dans id 21 par Nicola Ansell et Lorraine Young, Dept of Geography and Earth Sciences, Brunel University, Uxbridge, UB8 3PH, Royaume-Uni. Cette recherche a été financée par DFID. Email : lorraine.young@brunel.ac.uk ou nicola.ansell@brunel.ac.uk

Questions à discuter

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.