Photo: Gyanu Kumar Shakya/Share and Care Nepal

De: Sécurité alimentaire – Pas à Pas 77

Outils et idées pour améliorer la sécurité alimentaire

L’économie du Niger repose principalement sur l’agriculture. Toutefois, au cours des 30 dernières années, la sécheresse et les problèmes environnementaux ont été la cause de mauvaises récoltes. Les personnes les plus démunies ont peu à manger entre les récoltes, ce qui les pousse à délaisser leurs champs pour aller gagner de l’argent ailleurs ou carrément quitter les régions rurales.

Les membres de l’église ont réalisé que l’aide d’urgence n’est pas une bonne solution aux problèmes de sécurité alimentaire, car elle maintient les communautés dépendantes de l’extérieur. Ils ont donc décidé d’aider leurs communautés à mettre en place des banques de céréales communautaires. Cela s’est fait avec l’aide du département d’aide d’urgence et de développement de l’UEEPN (Union des Églises Évangéliques Protestantes du Niger). Ces banques constituent un stock de céréales qui permet de satisfaire les besoins alimentaires de base entre les récoltes, en particulier si celles-ci ont été mauvaises ou si les prix ont subi une trop forte hausse.

Mise en place des banques de céréales

Pour augmenter l’appropriation communautaire, l’UEEPN a veillé à ce que :

Ce travail impliquait un certain nombre de parties prenantes :

Fonctionnement des banques de céréales

Une fois les banques de céréales construites, les stocks de céréales ont été fournis pour la première année de fonctionnement. La communauté a décidé du système qu’elle souhaitait employer pour obtenir les céréales entre les récoltes. Il existe deux systèmes principaux, tous deux gérés par le comité de gestion.

Système de prêt Un sac de céréales est prêté à chaque famille, et sera remboursé après la récolte, plus des intérêts et une somme forfaitaire de fonctionnement. Les décisions concernant les intérêts et les frais forfaitaires sont prises par l’Assemblée Générale du village.

Système de vente L’Assemblée Générale fixe le prix des céréales en fonction des prix du marché, qui peuvent également être déterminés en tenant compte des prix d’achat des stocks. Chaque personne peut acheter une quantité déterminée de céréales. Les revenus sont ensuite versés par le comité de gestion sur un compte d’épargne dans une banque ou une coopérative.

L’objectif est qu’au bout de six ans, chaque banque de céréales double son stock initial afin qu’une nouvelle banque de céréales puisse être créée dans une autre communauté.

Résultats

Certaines de ces banques n’ont pas bien fonctionné. Principalement parce que les banques de céréales n’étaient pas une priorité pour le village ou parce qu’elles étaient mal gérées. Dans certains cas, les femmes n’étaient pas suffisamment représentées au niveau des comités de gestion ou les membres des comités étaient analphabètes et n’ont pas su utiliser les livres de gestion. Une bonne formation et un soutien des comités de gestion est donc essentiel.

Toutefois, dans de nombreuses communautés, les banques de céréales ont permis d’améliorer la sécurité alimentaire entre les récoltes. Lorsqu’ils ont accès aux aliments, les membres de la communauté peuvent travailler dans leurs propres champs plutôt que d’aller travailler ailleurs pour un revenu. Le prix des aliments est régulé et les capacités des membres de la communauté ont été renforcées. L’attitude de la population vis-à-vis de l’église locale s’est améliorée car celle-ci a participé à la totalité du processus.

Abdoul-Azize Sarki est responsable de programme pour le département d’aide d’urgence et de développement de l’UEEPN.
BP 2630, Niamey, Niger.

Email : cadueepn@yahoo.fr

Photo: Andy Atkins/Tearfund

Photo: Andy Atkins/Tearfund

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi