Passer au contenu principal Passer au consentement sur les cookies
Des bilans de santé réguliers, comme ici en Sierra Leone, peuvent permettre de détecter précocement la présence d’une maladie. Jim Loring/Tearfund

De : Les maladies non transmissibles – Pas à Pas 87

Comment diffuser des messages de santé et réduire le risque de maladies non transmissibles

ARRÊTS CARDIAQUES

Qu’est-ce qu’un arrêt cardiaque ?

Un arrêt cardiaque est une urgence médicale grave où le flux sanguin vers le cœur est soudain bloqué, généralement par un caillot de sang. L’interruption du flux sanguin vers le cœur peut gravement endommager le muscle cardiaque. Sans intervention, le muscle commencera à mourir. Le terme médical désignant un arrêt cardiaque est l’infarctus du myocarde.

Quelques symptômes d’un arrêt cardiaque :

  • douleurs thoraciques : sensation que la poitrine est compressée ou comprimée par un objet lourd ; la douleur peut s’étendre de la poitrine jusqu’à la mâchoire, au cou, aux bras et au dos
  • essoufflement
  • angoisse.

Que faire ?

  • S’il y a un hôpital ou un dispensaire à proximité, il est très important d’y amener la personne le plus rapidement possible pour qu’elle soit examinée.
  • Si vous avez de l’aspirine sous la main, donnez-en 300 mg à la personne. Réduisez le comprimé en poudre ou donnez-le-lui à mâcher pour un effet plus rapide. L’aspirine permet de ralentir la formation d’un caillot sanguin.
  • Si la personne survit à la crise, elle doit se reposer. Une fois qu’elle a repris ses forces, elle doit, dans la mesure du possible, aller consulter un médecin. Il est recommandé de faire un peu d’exercice. Marcher un peu plus tous les jours aidera la personne à bien se rétablir.

ACCIDENTS VASCULAIRES CÉRÉBRAUX (AVC)

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un AVC est un trouble médical grave qui se produit lorsque l’irrigation sanguine d’une partie du cerveau est interrompue. Comme tous les organes, le cerveau a besoin de l’oxygène et des nutriments apportés par le sang pour bien fonctionner. Si l’irrigation sanguine est réduite ou interrompue, les cellules du cerveau vont mourir. Cela peut entraîner des dommages au cerveau et parfois la mort.

Quelques symptômes d’un AVC :

  • brusque engourdissement (perte de sensation) ou faiblesse au niveau du visage, des bras ou des jambes
  • brusque confusion, difficulté d’élocution ou de compréhension des autres
  • brusque perte de vision dans la moitié du champ visuel
  • brusque difficulté à marcher, étourdissement, perte d’équilibre ou de coordination
  • brusque mal de tête aigu sans cause apparente.

Que faire ?

  • S’il y a un hôpital ou un dispensaire à proximité, il est très important d’y amener la personne le plus rapidement possible pour qu’elle soit examinée.
  • S’il n’y a pas d’assistance médicale possible, allongez la personne sur un lit, la tête légèrement surélevée par rapport aux pieds. Placez-la sur le côté, le genou du haut et la hanche fléchis de manière à soutenir son corps. Cette position permettra à la salive et au mucus contenus dans la gorge de s’évacuer et facilitera sa respiration.
  • Toutes les trois heures, tournez la personne de l’autre côté.
  • Si la personne est inconsciente, ne lui donnez rien à manger, à boire ni aucun médicament par la bouche.
  • Après l’AVC, la personne pourrait rester en partie paralysée ou être incapable de parler. La rééducation sera très importante. Encouragez la personne à faire de l’exercice et si possible à augmenter la distance parcourue à pied chaque jour.

Dans les deux cas, encouragez la personne et faites-lui savoir que vous êtes là pour la soutenir.

Position latérale de sécurité

Si une personne est inconsciente mais respire et ne manifeste pas d’autres symptômes indiquant que sa vie est en danger, elle doit être placée dans la position latérale de sécurité. Le fait de placer quelqu’un dans une position de sécurité permet de dégager ses voies respiratoires. Cela écarte également les risques d’étouffement par vomissement ou avec des liquides.

Pour placer quelqu’un en position de sécurité :

  • placez la personne sur le côté de façon à ce qu’elle soit calée avec une jambe et un bras 
  • dégagez ses voies respiratoires en inclinant sa tête en arrière et en lui relevant le menton
  • surveillez régulièrement sa respiration et son rythme cardiaque 
  • si ses blessures le permettent, tournez la personne de l’autre côté au bout de 30 minutes.

Veuillez noter que cette position ne convient pas aux bébés.

Position latérale de sécurité

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.