De: Les maladies transmissibles – Pas à Pas 112

Comment réduire la propagation et l'incidence des maladies qui se transmettent d'une personne à l'autre

Lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, des mesures de lutte rigoureuses ont été mises en place pour tenter de réduire la propagation de la maladie.

Toutefois, certaines de ces mesures, comme les règles relatives à l’isolement et à l’inhumation, étaient difficiles à accepter pour la population. Elles semblaient aller à l’encontre de leurs valeurs culturelles et de leurs pratiques religieuses. Un manque d’informations claires était également à déplorer. Tout cela a suscité un déni de la maladie, ainsi que de l’hostilité envers les personnes qui tentaient de l’enrayer.

Beaucoup de ceux atteints par le virus ont voulu rester avec leur famille, et les inhumations se faisaient en cachette. La maladie a donc continué à se propager.

Changer la donne

Divers responsables religieux ont été invités à se réunir pour discuter de la meilleure façon de soutenir leurs communautés. Ils ont tout d’abord utilisé des textes religieux pour interpréter les messages de santé relatifs à la lutte contre Ebola et sa prévention. Dans les temps qui ont suivi, à mesure qu’ils ont modifié leurs pratiques religieuses, les communautés ont commencé à se conformer à la nécessité urgente d’enterrer leurs défunts en toute sécurité. 

Voici ce qu’a déclaré un membre du personnel des Nations Unies : « Il y avait un grand déni autour d’Ebola, au point qu’il était difficile de faire venir du personnel de santé dans la région. L’imam et le chef local ont travaillé ensemble en utilisant les messages du Coran et de la Bible pour aborder avec la population la nécessité de changer les comportements. C’est cela qui a permis au personnel de santé d’avoir accès au comté. 

Comme les gens leur faisaient confiance, lorsqu’ils ont commencé à participer aux nouvelles pratiques d’inhumation, il n’y a plus eu d’opposition. L’implication des chefs religieux a changé la donne. »

En Sierra Leone, les responsables religieux ont présenté un message unifié. Photo : Layton Thompson/Tearfund

En Sierra Leone, les responsables religieux ont présenté un message unifié. Photo : Layton Thompson/Tearfund

Mettre fin à la stigmatisation

En prêchant et en montrant qu’ils accueillaient les travailleurs et les survivants d’Ebola, les chefs religieux ont contribué à mettre fin à la stigmatisation qui causait des divisions communautaires.

« La stigmatisation est un problème social très grave quand il s’agit du virus Ebola, comme avant avec le VIH, explique un responsable chrétien. Nous avons combattu la stigmatisation du VIH, et aujourd’hui nous faisons la même chose avec Ebola. Ceux qui ont survécu au virus rencontrent des difficultés à réintégrer leur communauté, c’est pourquoi nos pasteurs prêchent que nous devons accepter nos frères et sœurs, tout en respectant les directives sanitaires. »

Les professionnels de la santé se sont également tournés vers les responsables religieux pour répondre aux besoins urgents de soutien psychosocial, qui n’étaient pas pris en compte.

Un responsable d’Église au Liberia a dit : « Les personnes pauvres sont la priorité de l’Église. Cette maladie rend les manifestations de chaleur humaine ordinaires impossibles, comme par exemple réconforter une personne qui pleure en passant son bras autour de ses épaules. La clé de la survie est de garder notre humanité intacte face au virus Ebola mortel, et en tant qu’Église, nous trouvons des moyens de le faire avec nos communautés. »

Tiré de Keeping the faith publié par Christian Aid, CAFOD, Tearfund et Islamic Relief Worldwide.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Les responsables religieux ont collaboré pour faire évoluer les perceptions des gens pendant l’épidémie d’Ebola en Sierra Leone. Photo : Layton Thompson/Tearfund

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant