Passer au contenu principal Passer au consentement sur les cookies

Articles

La vidéo participative

La vidéo peut être utilisée pour aborder des problématiques, raconter des témoignages, exprimer des préoccupations et plaider pour le changement

Rédigé par Ulan Garba Matta 2022

A young adult in India uses his mobile phone to video a group of laughing boys as part of a participatory video project

Réalisation d’un film communautaire à Delhi, Inde. Photo : Ideosync Media Combine

Three Bolivian women smile and laugh together at a training workshop

De : La communication participative - Pas à Pas 117

Offrir aux gens la possibilité d'exprimer leurs idées et d'influencer le changement

La vidéo participative, c’est lorsqu’un groupe ou une communauté planifie et crée ensemble des petits films. Ce processus leur permet d’évoquer des problèmes, de raconter des histoires, d’exprimer leurs préoccupations et de plaider en faveur du changement. 

 

La vidéo participative peut :

  • inciter les communautés à agir suite à leurs découvertes et aux discussions qu’elles ont pu avoir pendant le processus de production vidéo
  • aider les communautés à communiquer leurs besoins et leurs idées à d’autres, notamment aux décideurs locaux
  • être utilisée pour partager les enseignements tirés avec d’autres communautés
  • aider les communautés à réfléchir à l’impact et à l’efficacité de leurs activités et de leurs projets.

Réalisation collective d’une vidéo

Voici quelques conseils pour les groupes communautaires qui créent des vidéos participatives.

  1. Commencez par des activités de tournage simples afin que tout le monde s’habitue à la caméra. La meilleure façon d’apprendre, c’est d’expérimenter, d’essayer de nouvelles choses et de s’amuser ensemble !
  2. Ensemble, définissez les grandes lignes de l’histoire que vous souhaitez raconter, ou des problèmes que vous voulez aborder. Ce plan pourra être amené à changer, mais ce sera un bon fil conducteur pour les conversations que vous souhaitez avoir.  
  3. En plus des gens, pensez à filmer les environs pour fournir le contexte. Par exemple, la voie d’accès à la communauté, les champs, les maisons, les magasins et des scènes de rue.
  4. Demandez toujours aux personnes extérieures à votre groupe l’autorisation de les filmer au préalable, même si vous les connaissez bien.
  5. Si vous utilisez un téléphone portable pour filmer, tenez-le horizontalement (le côté le plus long vers le bas) plutôt que verticalement (le côté le plus court vers le bas).
  6. Si vous enregistrez des personnes qui parlent, qui chantent ou qui jouent d’un instrument de musique, veillez à la qualité du son. S’il y a du vent, le son risque d’être déformé. Utilisez si possible un microphone externe.
  7. Lorsque vous avez terminé la première version de votre vidéo, montrez-la à l’ensemble de la communauté afin qu’elle puisse vous poser des questions et faire des suggestions.
  8. Tenez compte de ces suggestions pour finaliser votre vidéo. Veillez à ce que toutes les personnes concernées puissent la voir avant de la partager avec des personnes extérieures à votre communauté.

Au lieu d’une vidéo, vous pouvez également utiliser une série de photos pour raconter une histoire ou amorcer la discussion sur un sujet spécifique. Cette approche sera peut-être plus facile à mettre en œuvre dans certaines communautés.

ícone de estudo de caso
Two women in rural Ghana practise using a camera and microphone

Les femmes de Kulbia, au Ghana, apprenent à utiliser un appareil photo. Photo : Gareth Benest/InsightShare

Étude de cas : Le cri des veuves

Chris Lunch

Dix femmes du petit village de Kulbia au Ghana ont participé à un processus vidéo participatif dans le but d’identifier et de documenter les problèmes fonciers qui touchent les veuves dans cette communauté.

On estime à 50 000 le nombre de veuves dans la région du Haut Ghana oriental. Dans toutes ces communautés, même si les pratiques traditionnelles peuvent varier, il est courant que les femmes perdent leurs terres à la suite du décès de leur mari.

Dans le groupe de Kulbia, les femmes avaient des âges et des vécus différents. Toutes étaient analphabètes et n’avaient encore jamais utilisé de matériel vidéo. Elles ont acquis des compétences de base en vidéo grâce à des jeux et des exercices. Elles ont travaillé ensemble pendant plusieurs mois pour créer une vidéo percutante sur la corruption au sein de la communauté et la perte de terres qui en résulte pour les personnes les plus vulnérables : les veuves.


Leur courte vidéo « Pakorpa Susangho » (Le cri des veuves) a été visionnée et suivie de débats à l’occasion de projections communautaires et de divers événements nationaux et internationaux. Des chefs communautaires, des dirigeants de la société civile et des responsables politiques des autorités locales et nationales ont assisté aux projections, et bon nombre d’entre eux se sont publiquement engagés à soutenir les veuves et à protéger leurs droits fonciers.

 

Depuis, les veuves de Kulbia ont indiqué que leurs relations et leur statut au sein de la communauté s’étaient beaucoup améliorés. D’autres femmes sont devenues plus attentives à cette problématique et ont demandé à participer aux discussions. Deux membres de la communauté ont décidé de se former en tant qu’assistantes juridiques.

 
Une participante raconte : « Nous nous sommes toujours contentées de parler de nos problèmes entre nous, entre veuves, discrètement. Impossible de discuter ouvertement de nos difficultés… et encore moins avec le chef ! Aujourd’hui, nous pouvons le faire et nous sentons qu’il y a du changement dans l’air ! »

Chris Lunch est le co-fondateur d’InsightShare. Il est chargé de la stratégie globale, des opérations et de la gestion financière de l’organisation. 

 

InsightShare utilise la vidéo participative pour autonomiser les citoyens, améliorer la recherche et stimuler l’innovation.

ícone de recursos adicionais

Ressources

  • Vidéo Participative : Perspectives et applications InsightShare
    Ce guide pratique propose des techniques d’animation et des jeux et exercices clés pour promouvoir l’apprentissage. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur insightshare.org/resources ou envoyer un e-mail à info@insightshare.org pour vous en procurer un exemplaire imprimé. Disponible en français, anglais, espagnol, russe et bahasa indonesia.
  • Collecter des fonds localement -  Pas à Pas 111
  • Apprentissage par la participation et l'action -  Pas à Pas 29

 

Rédigé par

Rédigé par  Ulan Garba Matta

Ulan Garba Matta est une réalisatrice, auteure et conteuse nigériane.

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.