Passer au consentement sur les cookies
Photo: Elish Majumder / HEED

De : La redevabilité – Pas à Pas 76

Comment rendre compte de nos actions, et demander aux autres de rendre des comptes

Photo: Matt Freer

Photo: Matt Freer

Mapalo est une communauté urbaine de la périphérie de Ndola, en Zambie. Cette communauté est connue pour sa pauvreté économique. Les routes ne sont pas goudronnées, ce qui empêche l’acheminement des biens jusqu’au marché. Bon nombre des membres de la communauté ne détiennent pas de titre officiel de propriété pour les terres sur lesquelles ils vivent. Vingt pour cent des habitants de Mapalo vivent avec le VIH et n’ont pas accès aux traitements antirétroviraux. Cet article traite de la manière dont un groupe de responsables d’église ont mis en action leur passion pour la transformation communautaire, en travaillant avec les responsables politiques locaux.

Depuis 2000, le Centre Jubilee travaille avec les responsables d’église à Mapalo, équipant les églises locales pour qu’elles deviennent des agents de transformation dans leur communauté. En 2003, le Centre Jubilee a réuni les responsables d’église, les groupes de jeunes, les groupes de femmes et les groupes politiques autour du thème « Quel Mapalo désirons-nous, en tant que communauté ? ». Ils ont décidé que, tout en acceptant de l’aide extérieure à la communauté, ils souhaitaient identifier eux-mêmes leurs besoins et diriger le développement de leur communauté.

Jusque-là, l’expérience de Mapalo en termes de représentation politique avait été faible. La communauté n’avait pas vu une seule fois son Membre du Parlement à Mapalo au cours de ses cinq années de mandat. Bien que les églises locales fussent pleinement engagées à l’amélioration de leur communauté, elles savaient que le soutien du représentant politique de la communauté était essentiel. Des élections nationales étaient prévues en septembre 2006, ce que les pasteurs perçurent comme une opportunité. Quelques mois auparavant, ils ont ébauché un mémorandum, ou contrat social, qu’ils ont soumis à la signature des responsables politiques. En plaidant pour que les candidats s’engagent à répondre aux besoins de la communauté, ils pourraient obtenir du soutien de la part de ceux qui seraient élus pour les années à venir.

Conception du mémorandum

Les pasteurs ont commencé par identifier les besoins de leur communauté, parmi lesquels le goudronnage des routes, la création d’un lycée, la transformation de la clinique en hôpital, l’approvisionnement d’eau par canalisations et la mise en place d’un centre qui traiterait toutes les questions liées au VIH dans la communauté.

Les pasteurs ont ensuite ébauché le mémorandum et organisé une rencontre pour accueillir la contribution des leaders de la communauté. Suite à cela, le mémorandum a été amélioré.

Tout en sollicitant l’engagement et le soutien des responsables politiques pour répondre aux besoins cités, le mémorandum stipulait un engagement de la part de la communauté. Pour prouver son désir de voir des changements dans la communauté, il a été stipulé que celle-ci contribuerait à hauteur de 25 pour cent de la main-d’œuvre et des ressources nécessaires pour répondre à ces besoins.

Mobiliser le soutien

Une réunion a été organisée pour présenter le mémorandum à la communauté élargie. Des exemplaires du mémorandum ont étés imprimés, avec des pages blanches supplémentaires pour que les personnes désirant la soutenir puissent la signer. Les leaders de la communauté en ont reçu des exemplaires et se sont chargés d’obtenir le soutien de l’ensemble de la communauté. Les pasteurs ont informé leurs congrégations, les leaders de marché ont informé les commerçants et chacun en a parlé à son voisin. En tout, 3 500 habitants ont signé le mémorandum, montrant ainsi qu’ils approuvaient le fait qu’elle définissait leurs besoins.

Obtenir le soutien des responsables politiques

Deux leaders ont représenté Mapalo lors d’une conférence de presse ouverte à tous les candidats à l’élection. Les dirigeants ont encouragé les candidats à signer le mémorandum, et les ont invités à une rencontre communautaire afin de manifester publiquement leur soutien. Les leaders de la communauté ont ensuite envoyé un exemplaire du mémorandum ainsi qu’une lettre d’invitation à chaque candidat.

En septembre 2006, les candidats à l’élection, les pasteurs, les leaders de la communauté et plus de 1 000 membres de la communauté ont participé à une rencontre communautaire. Tous les candidats aux postes de conseillers et trois des candidats au Parlement se sont rendus à la rencontre. Certains extraits du mémorandum ont été lus à voix haute et certains membres de la communauté ont souligné l’importance et l’urgence des besoins cités.

Au terme de la rencontre, les candidats ont été invités à signer le mémorandum. Il s’agissait d’une manifestation visible de leur engagement à répondre à la plupart des besoins énoncés, et ce au cours des trois premières années de leur mandat s’ils étaient élus. Tous les candidats présents ont signé le mémorandum, et des exemplaires ont été envoyés au tribunal d’instance pour la documentation publique.

La nouvelle de la rencontre s’est rapidement répandue et a été diffusée sur toutes les radios de Zambie. Les candidats qui n’avaient pas pu ou pas voulu assister à la rencontre ont promptement organisé une visite à Mapalo afin de signer le mémorandum.

Résultats

Après la rencontre communautaire et avant les élections, le mémorandum a eu un impact à Mapalo et au-delà :

Après les élections, les élus et le Membre du Parlement avaient déjà signé le mémorandum. La communauté de Mapalo disposait donc d’un outil puissant pour exiger la redevabilité des responsables politiques. Les leaders de la communauté ont rédigé une lettre officielle à l’intention des responsables politiques nouvellement élus, avec copie aux parties prenantes dans les ministères du gouvernement et les partis d’opposition. Cette lettre leur adressait des félicitations pour leur élection et leur rappelait leur engagement à répondre aux besoins de Mapalo au cours de leur mandat électoral. 

Depuis les élections de 2006, un certain nombre des besoins communautaires ont été satisfaits :

La communauté est aujourd’hui unie et ses élus lui sont redevables. Les membres de la communauté savent quels sont leurs besoins et avec qui communiquer lorsqu’ils ne parviennent pas à résoudre d’eux-mêmes leurs problèmes.

Cet article a été rédigé par des membres du personnel du Centre Jubilee, au nom des habitants de la communauté de Mapalo.

Jubilee Centre, PO Box 70519, 30 Lualaba Road, Kansenshi, Ndola, Zambie.
Email :
mail@jubileecentre.org
Site Internet :
www.jubileecentre.org

Grandes lignes du mémorandum

Photo: Nathan Nanfelt

Photo: Nathan Nanfelt

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Si cette ressource vous a été utile, n'hésitez pas à la partager avec d'autres personnes pour qu'elles puissent l'utiliser elles aussi

Abonnez-vous maintenant pour recevoir Pas à Pas

Un magazine gratuit, en version papier et numérique, pour les personnes travaillant dans le développement communautaire

Abonnez-vous maintenant

Préférences en matière de cookies

Vos données personnelles et votre tranquillité d’esprit sont importantes pour nous et nous nous engageons à garantir la sécurité de vos données. Nous ne recueillons vos données que dans des buts spécifiques et lorsque ces buts n’ont plus lieu, nous ne conservons pas les données.

Pour en savoir plus, et pour voir la liste complète des cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

  • Ces cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site et ne peuvent pas être désactivés sur nos systèmes.

  • Ces cookies nous permettent de mesurer et d’améliorer la performance de notre site. Toutes les informations recueillies par ces cookies sont anonymes.

  • Ces cookies permettent de personnaliser l’expérience utilisateur. Ils peuvent par exemple mémoriser la région où vous êtes, ou encore vos paramètres d’accessibilité.

  • Ces cookies nous aident à adapter nos publicités à votre profil et nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes.