De: L’alphabetisation – Pas à Pas 62

Articles proposant des conseils pratiques pour favoriser l’alphabétisation des enfants et des adultes

Clinton Robinson.

Photo: Richard Hanson/Tearfund

Photo: Richard Hanson/Tearfund

On dit souvent que l’alphabétisation est une clé du développement. Mais qu’est-ce que cela veut réellement dire ? Que les gens qui peuvent lire et écrire ont plus de chance d’améliorer leur vie ? Qu’une fois la communauté capable de lire et d’écrire, le développement peut vraiment commencer ? Que la vie est simplement meilleure lorsque l’on peut lire des livres et écrire des lettres ? L’alphabétisation est un sujet complexe, lié à de nombreux aspects de notre vie. De plus, les notions de ce que représente l’alphabétisation ont aussi changé ces dernières années.

Cibler « l’ABC »

Beaucoup de gens pensent encore que l’alphabétisation, c’est apprendre l’alphabet et pouvoir lire des mots sur une page. C’était un point de vue commun il y a environ 50 ans, lorsque les écoles et les cours d’alphabétisation (donc pour adultes) se concentraient sur la connaissance de l’alphabet et la manière de l’écrire. Ce qu’il y avait à lire ou ce que les gens écrivaient n’avait pas autant d’importance. Bien sûr, l’alphabétisation implique de pouvoir lire des mots mais elle ne s’arrête pas là.

Cibler les apprenants

Récemment, l’alphabétisation a pris une nouvelle signification : renforcer le pouvoir des gens. Elle offre aux apprenants et à leur communauté, la chance d’apporter des différences dans leur propre vie et de prendre en charge leur propre développement. Cette approche commence par la situation des apprenants. Elle permet de voir comment l’alphabétisation s’intègrera au mieux avec ce qu’ils savent déjà, avec la manière dont leur société fonctionne et comment ils peuvent s’exprimer davantage au niveau des politiques. Paulo Freire, l’éducateur brésilien, est célèbre pour avoir basé l’alphabétisation sur les connaissances et les circonstances des apprenants, afin qu’ils soient les agents de changement dans leur communauté. L’alphabétisation peut être considérée comme une condition pour une participation démocratique et politique. Les gens et les communautés variant, on utilise l’alphabétisation de manières différentes. Ces dernières années, les éducateurs ont commencé à parler « d’alphabétisations » au pluriel car il existe différents contextes, buts et langues au sein desquels l’alphabétisation peut être utilisée.

Cibler les sources de revenus

On peut aller plus loin dans cette idée du renforcement de pouvoir par l’alphabétisation lorsqu’on la lie avec les sources de revenus. Comment l’alphabétisation peut-elle servir au mieux les intérêts des gens pour qu’ils gagnent leur vie ? Cette idée vient de l’approche du développement sur la réduction de la pauvreté. Le but est de permettre aux gens d’avoir de nouvelles opportunités de production grâce à l’alphabétisation : revenus supérieurs, emplois, nouveaux savoir-faire et opportunités commerciales.

Offrir des opportunités

Qu’est-ce que ces différents points de vue signifient pour les personnes qui aident les autres à s’alphabétiser ? Ces points de vue en pleine évolution insistent sur ce qui est vraiment important : la motivation pour apprendre et l’opportunité d’utiliser ce qui a été appris. Ces deux éléments sont étroitement liés. Lorsque l’alphabétisation offre de nouvelles opportunités, les gens désirent s’instruire. Quand on donne l’opportunité aux gens d’apprendre à lire et à écrire, il y a trois facteurs essentiels à prendre en compte :

Où l’alphabétisation va-t-elle avoir lieu ?
Au lieu d’organiser de simples cours d’alphabétisation, il vaudrait mieux lier cet apprentissage à celui d’autres savoir-faire désirés par les intéressés. L’alphabétisation peut donc être combinée avec la manière d’apprendre à gérer des micro-crédits, avec l’éducation sur la santé reproductive ou la prévention du VIH et du sida. Dans le Nord du Ghana, des groupes de femmes ont obtenu d’excellents résultats lorsqu’elles ont fait de l’alphabétisation un outil pour apprendre des connaissances essentielles en matière de développement communautaire.

Comment l’alphabétisation se fait-elle ?
Les adultes apprennent mieux lorsqu’ils peuvent lier leurs nouvelles connaissances à ce qu’ils savent déjà. C’est l’idée de la méthode d’alphabétisation Reflect qui pousse les apprenants à parler de leur région, santé, cycle annuel agricole ou des prises de décision communautaires. Des tas de choses qu’ils connaissent bien. Ensemble, ils réalisent des tableaux et des textes afin de mettre par écrit leurs connaissances. Le facilitateur guide et suggère mais les apprenants sont responsables de la méthode. Ils déterminent la vitesse d’apprentissage et son contenu. Reflect stimule aussi les discussions sur comment la vie pourrait ou devrait changer et ce que les gens peuvent faire eux-mêmes. Cette méthode est maintenant largement utilisée dans l’alphabétisation et la mobilisation communautaire, tout autour du monde.

Que vont faire les gens une fois alphabétisés ?
Dans le passé, les gens s’alphabétisaient simplement parce qu’ils pensaient que c’était une bonne chose. En fait, ils ont besoin de véritables opportunités pour utiliser l’alphabétisation. Existe-t-il des choses pratiques et intéressantes à lire ? Existe-t-il des possibilités d’écrire et de publier quelque chose au niveau local ou national ? Voila des questions essentielles à poser avant d’entreprendre l’alphabétisation. Les enfants et les adultes peuvent perdre leurs acquis s’ils ont peu d‘opportunités de les utiliser. C’est un énorme problème lorsque l’on veut commencer l’alphabétisation dans une langue parlée par peu de gens.

L’église a souvent soutenu l’alphabétisation pour que les gens puissent lire les Ecritures par eux-mêmes. Les programmes d’alphabétisation devraient inclure des plans pour permettre aux auteurs locaux de rédiger des textes que les gens désirent lire. Ils devraient comprendre des informations utiles sur la santé et le développement mais aussi des histoires amusantes et intéressantes, des nouvelles sur le football ou sur ce qui se passe localement ainsi que mondialement.

Langues et écritures

Un aspect intéressant des nombreuses « alphabétisations » dans le monde est la diversité des langues et écritures que les gens utilisent. Dans la plupart des pays, les gens doivent s’alphabétiser dans plus d’une langue. Ils commencent par leur propre langue locale ou maternelle puis ajoutent d’autres langues nécessaires comme l’hindi et l’anglais en Inde ou le lingala et le français au Congo. Dans la plupart de l’Asie, ceci implique d’apprendre différents systèmes d’écriture. En Chine, certaines minorités doivent apprendre leur propre langue dans l’écriture romaine puis ajouter le mandarin dans l’écriture chinoise. De même, en Ethiopie, les langues locales sont souvent dans l’écriture romaine mais l’amharique (une langue largement utilisée) est en écriture éthiopienne. Ces écritures sont très différentes (voir encadré ci-dessous).

Dans notre vie mondialisée, la nécessité de s’éduquer dans différentes langues et écritures ira en s’accroissant.

De nos jours, nous savons que l’alphabétisation est bien plus complexe qu’on ne le pensait. Elle n’a jamais été aussi nécessaire : les décisions prises par des personnes éduquées affectent la vie de tous. L’alphabétisation donne à certaines personnes un pouvoir sur les autres. Elle permet aux gens de jouer un plus grand rôle dans la société, ils peuvent avoir une influence et se faire entendre. Les ordinateurs peuvent représenter une part essentielle dans la prise de décisions. Savoir communiquer par des textes rédigés donne accès à ces nouvelles technologies.

L’alphabétisation n’est pas la panacée pour tout développement. Elle ne résoudra pas non plus les problèmes quotidiens au niveau local. Cependant, c’est un droit qui devrait être offert à tous les gens, afin qu’ils s’expriment librement par l’écriture mais aussi qu’ils étudient soigneusement et de manière critique, les textes écrits par les personnes au pouvoir. L’alphabétisation, dans ses formes pertinentes, est un moyen de renforcer le pouvoir, aujourd’hui plus que jamais.

Le Docteur Clinton Robinson est un conseiller indépendant, spécialisé en éducation et développement. Ses principaux intérêts sont l’éducation informelle pour les adultes, l’alphabétisation et le développement social. Son adresse : 38 Middlebrook Road, High Wycombe, HP13 5NJ, Royaume-Uni. Email : CDWRobinson@aol.com

Différents types d’écritures

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice