Photo : Esther Harder

De: Échanger des idées – Pas à Pas 75

Les lecteurs de Pas à Pas font part d’idées liées à leur travail

Mumosho est un groupement rural, située à 22 km de la ville de Bukavu, dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Lors des dernières élections législatives et présidentielles en RDC, j’étais l’un des témoins indépendants dans un bureau de vote à Mumosho, dans la circonscription de Kabare.

Il a été constaté, suite au dépouillement, que plusieurs bulletins de vote étaient nuls. Cela a été de trois manières :

Cela signifie qu’un grand nombre de bulletins n’ont pas pu être comptabilisés. Cela a attiré notre attention et nous a poussés à rechercher les causes sous-jacentes à ce problème. Nous avons pensé que la cause principale était le taux élevé d’analphabétisme parmi les électeurs de Mumosho.

Nous avons voulu comprendre et analyser les difficultés des votants, afin de découvrir si elles étaient liées à l’éducation, et trouver des moyens d’améliorer la situation pour le scrutin suivant. Pour cela, nous avons effectué un sondage à Mumosho. Il couvrait la période du 30 juillet 2006 au 18 mars 2007 et était destiné aux individus ayant participé aux élections législatives et présidentielles. Nous avons choisi au hasard un échantillon de 180 personnes entre 18 et 60 ans. Nous avons utilisé des interviews, des questionnaires et l’observation directe.

Niveaux d’éducation

Nous avons découvert que la majorité des personnes interrogées avaient un faible niveau d’éducation formelle. Cela était plus marqué chez les femmes que chez les hommes. Pas une seule femme n’avait atteint l’enseignement supérieur. Cela peut être expliqué par le fait que dans la région rurale de Kabare, les femmes sont traditionnellement les personnes les plus marginalisées. Elles ont peu d’accès à l’information et peu d’opportunités d’acquérir des compétences. Leur participation aux prises de décision est minime, à la fois à la maison et dans la communauté.

Méthode de remplissage des bulletins de vote

Les gens ont rempli les bulletins de vote soit au stylo, soit par empreinte digitale. Les résultats de notre sondage ont révélé que 27,7% des personnes ont admis qu’elles avaient déposé des bulletins blancs dans la boîte. Lorsque nous étions témoins indépendants au bureau de vote, nous avions remarqué au moment du dépouillement que la majorité des bulletins nuls étaient ceux qui comportaient des empreintes digitales au mauvais endroit. Le fait même de remplir le bulletin par empreinte digitale suggère que le votant ne sait pas écrire et par conséquent, qu’il ne sait pas lire. Il y a des raisons de croire que ce sont ces mêmes votants qui ont déposé un bulletin avec plusieurs marques ou aucune, dans l’urne.

Forts de ces faits, nous avons confirmé qu’il y avait une étroite corrélation entre le nombre de bulletins de vote nuls et le nombre de votants analphabètes.

Conclusion

D’après notre sondage, il est clair que les votants de la communauté de Mumosho ont rencontré deux problèmes majeurs lors des votes. D’une part la grande majorité ne savait ni lire ni écrire et par conséquent ils ont eu la peine de remplir les bulletins de vote comme il le fallait. D’autre part les électeurs n’étaient pas expérimentés en matière d’élection libre, démocratique et transparente faute du régime dictatorial qui a duré plus de 30 ans dans le pays.

Recommandations

Photo: Laura Webster, Tearfund

Photo: Laura Webster, Tearfund

Comment pallier le problème de l’analphabétisme dans la communauté de Mumosho et en atténuer l’impact négatif sur les prochaines élections ? Nous avons tenté d’apporter une modeste solution à ce problème, en créant quatre centres d’alphabétisation à Mumosho pour les femmes et les jeunes filles. Notre sondage a révélé que la majorité des personnes analphabètes à Mumosho étaient des femmes. Mais il existe un adage qui dit : « éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation ». L’objectif de ce projet est de réduire le taux d’analphabétisme chez les femmes et les jeunes filles de Mumosho, avant l’organisation des prochaines élections législatives et présidentielles de 2011.

L’alphabétisation est la clé de voûte du développement. Si les populations rurales ont l’opportunité de lire, d’écrire et de faire des calculs, elles pourront alors prendre leur propre développement en main.


Ladislas Burume Bihagarhizi, BP 1223, Bukavu, République Démocratique du Congo, via Cyangugu, Rwanda.

Email : burladislav@yahoo.fr

Contenus avec balises similaires

Partager cette ressource

Équiper ceux qui œuvrent à l’éradication de la pauvreté et de l’injustice