Activité : Conseil et dépistage du VIH

Le conseil et dépistage volontaire est un aspect important de l’approche SAVE en matière de prévention du VIH. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)
Le conseil et dépistage volontaire est un aspect important de l’approche SAVE en matière de prévention du VIH. Illustration : Petra Röhr-Rouendaal, Where there is no artist (deuxième édition)

Pourquoi utiliser cette activité ?

Cette activité explique ce qu’est le CDV (conseil et dépistage volontaire du VIH). Elle aide les gens à réfléchir à ce qu’implique le CDV et les encourage à l’entreprendre.

À qui cette activité est-elle destinée ?

L’activité est conçue pour des petits groupes de membres d’Églises ou de la communauté (dans l’idéal, 10 à 30 personnes). Soyez conscient qu’il s’agit d’un sujet sensible, susceptible de susciter des réactions fortes chez les participants.

Il vous faudra

  • du papier
  • des ciseaux

Durée

30–40 minutes pour l’activité elle-même, en plus du temps de préparation.


Préparatifs

  • Découpez suffisamment de petits morceaux de papier pour que chaque participant en ait un. Découpez la moitié d’entre eux en forme de carré et l’autre moitié en forme de triangle. Pliez tous les morceaux et placez-les dans une boîte, un sac ou un bol.
  • Renseignez-vous sur les structures de CDV disponibles localement et les procédures utilisées pour le conseil et le dépistage du VIH. Dans la mesure du possible, procurez-vous des prospectus sur les services proposés pour les remettre à vos participants. Vous pourriez également inviter un conseiller du centre local de CDV à venir parler du CDV et des services proposés. Peut-être pourra-t-il même proposer ses services de conseil et de dépistage aussitôt après la session.
  • Faites-vous dépister, si ce n’est pas déjà fait ! Lors des sessions d’information sur le CDV, les participants demandent souvent au facilitateur : « Avez-vous fait un CDV ? » Si vous pouvez honnêtement répondre : « Oui, je l’ai fait », et si vous en parlez en vous basant sur votre expérience personnelle, cela renforcera la crédibilité et l’impact de la session.

Comment mener cette activité

Étape 1
Discutez des préoccupations et des questions liées au dépistage du VIH

Expliquez qu’un test VIH est la seule manière de savoir avec certitude si le virus est présent ou non dans votre corps.

Demandez :

  • Qu’est-ce qui se passe lors d’un CDV ?
  • À quoi devez-vous réfléchir avant de vous faire dépister ?
  • Comment vous sentiriez-vous si votre résultat était négatif ?
  • Comment vous sentiriez-vous si votre résultat était positif ?
  • À qui l’annonceriez-vous et comment ces personnes risqueraient-elles de réagir ?
  • Parmi vous, qui déciderait de ne pas se faire dépister ?

Demandez aux participants de se tenir debout au milieu de la pièce. Demandez à ceux qui ont dit ne pas vouloir se faire dépister de reculer d’un pas. Ceux qui seraient prêts à se faire dépister doivent avancer d’un pas ; les deux groupes seront ainsi séparés.

Étape 2
Imaginez que vous allez faire un CDV

Demandez aux participants de s’imaginer vivre le processus de CDV. Décrivez-le avec vos propres mots :

Expliquez : « Détendez-vous et imaginez que vous allez vous faire dépister. Vous procédez à l’entretien de conseil pré-test, puis on vous fait une prise de sang. L’échantillon de sang est analysé et vous venez chercher le résultat. Votre conseiller vous invite à entrer dans la salle de consultation et à vous asseoir. Il vous demande si vous voulez toujours connaître votre résultat. »

Demandez : « Est-ce qu’il y a quelqu’un ici qui ne veut pas connaître son résultat ? » Demandez à ces personnes de lever la main.

Si quelqu’un lève la main, demandez-lui d’aller rejoindre le groupe qui a choisi de ne pas se faire dépister.

Étape 3
Donnez les résultats du test

Demandez à chaque participant qui a dit souhaiter connaître son résultat de choisir un morceau de papier plié.

Expliquez : « Imaginez que le morceau de papier que vous tenez représente votre résultat. Dépliez-le. Il a la forme soit d’un carré, soit d’un triangle. L’un des deux signifie que vous êtes séropositif, l’autre que vous êtes séronégatif. Que ressentiriez-vous si je vous disais qu’un carré représente un résultat séronégatif et qu’un triangle représente un résultat séropositif ? »

Demandez : « Ceux dont le résultat est négatif, que ressentez-vous ? Ceux dont le résultat est positif, que ressentez-vous ? Que feriez-vous ensuite ? À qui en parleriez-vous ? »

Demandez ensuite comment les gens réagiraient si les résultats étaient inversés, c’est-à-dire qu’un carré représente un résultat positif et un triangle un résultat négatif.

Intégrez à la discussion ceux qui avaient « décidé de ne pas se faire dépister », ou qui n’ont pas voulu connaître leur résultat.

Demandez : « Qu’est-ce que cela vous fait maintenant de ne pas connaître votre statut VIH ? »

Étape 4
Parlez des endroits qui proposent un dépistage

Demandez aux participants s’ils savent où ils peuvent avoir accès à un CDV dans leur localité. Discutez des options à disposition des participants pour avoir accès au CDV. Communiquez aux participants le nom, l’endroit, les horaires d’ouverture et les tarifs des centres de CDV. Dans la mesure du possible, renseignez-les sur d’éventuels centres dans d’autres villes, pour ceux qui seraient soucieux de la confidentialité de leur démarche.

Étape 5
Le conseiller CDV présente des informations, répond aux questions et, si possible, propose un dépistage
(facultatif)

Si un conseiller ou un représentant d’un centre local qui propose un CDV est présent, demandez-lui de décrire les services proposés et de répondre aux questions des participants. Si des services mobiles de conseil et de dépistage du VIH sont prévus après la séance, il peut également expliquer comment procéder.

Adapté de la trousse à outils Gardiens de la santé de nos enfants. Pour plus de détails, voir la page Ressources.


Services de conseil et dépistage volontaires du VIH (CDV)

Pourquoi solliciter des services de conseil et de dépistage volontaires (CDV) ?

  • Si vous savez que vous vivez avec le VIH, vous pouvez faire de nombreuses choses pour rester en bonne santé, vivre longtemps, atteindre vos objectifs et réaliser vos rêves.
  • Si vous savez que vous vivez avec le VIH, vous pouvez avoir une vie sexuelle épanouie tout en veillant à vous protéger d’une réinfection et à éviter aux autres de contracter le virus.
  • Si vous êtes enceinte et séropositive, vous pouvez faire de nombreuses choses pour réduire le risque de transmettre le VIH à votre enfant.

Comment se passe le CDV ?

Avant d’aller faire le test de dépistage du VIH, seul ou avec votre partenaire, vous passez du temps avec un conseiller. Cette personne vous aide à réfléchir à vos questions et à vos préoccupations, et vous pose des questions du genre :

  • Que ferez-vous si le test indique que vous vivez avec le VIH ?
  • Que ferez-vous si le test ne montre aucune trace du VIH ?
  • Êtes-vous sûr de vouloir procéder au dépistage ?

Le conseiller vous recevra à nouveau une fois que vous aurez obtenu le résultat. Il vous aidera à réfléchir aux conséquences de votre résultat de dépistage du VIH et à planifier la suite.

Ces entretiens sont confidentiels. Le médecin et le conseiller professionnel ne doivent parler à personne de votre résultat ou de ce dont vous avez parlé. La divulgation du résultat vous appartient.


La « période fenêtre »

Il existe différents types de test de dépistage du VIH, qui décèlent différents indicateurs de la présence du VIH dans le corps. Lorsqu’une personne est infectée par le VIH, il faut du temps pour que certains de ces indicateurs apparaissent. Les résultats d’analyse peuvent donc donner un « faux négatif » pendant une période qui peut aller jusqu’à six mois. Un faux négatif est un résultat qui indique que la personne n’est pas séropositive alors qu’elle l’est.

On appelle la période nécessaire pour que les indicateurs du VIH apparaissent lors d’un dépistage la « période fenêtre ». La durée de cette période fenêtre dépend du corps de la personne et du type de test utilisé. Votre agent de santé peut vous conseiller au sujet du test à utiliser et du moment où le résultat obtenu sera fiable.

Une personne est tout particulièrement contagieuse pendant les trois premiers mois après avoir contracté le VIH. Cependant, en raison de la période fenêtre, il est possible qu’elle ne sache pas qu’elle est séropositive. Cela signifie qu’il faut prendre des précautions, même si on ne pense pas être séropositif, et qu’il faut refaire un test après la période fenêtre.

Les tests de dépistage du VIH étant de plus en plus performants, il est aujourd’hui possible d’obtenir un résultat fiable plus rapidement.